Rénover les quartiers et les villes moyennes, priorité d'Action Logement d'ici 2022

Mots-clefs : , , , , , , , ,

La rénovation urbaine et la lutte contre la fracture territoriale feront partie des priorités de l’organisme Action Logement (ex-1% Logement), selon un accord passé mardi entre le groupe et l’Etat, prédéfinissant une convention pour la période 2018-2022.

Ce protocole d’accord prévoit une série d’engagements d’Action Logement qui doit permettre de favoriser l’accès au logement.

Le groupe renforcera son soutien au nouveau programme national de rénovation urbaine (NPNRU) destiné aux quartiers prioritaires de la politique de la ville afin de doubler l’enveloppe initiale de 5 milliards d’euros, pour des programmes courant jusqu’à 2031.

Action Logement, qui contribue à 93% de la somme initiale, participera à hauteur de 2 milliards d’euros supplémentaires, tandis que l’Etat et les bailleurs sociaux contribueront respectivement d’un et de 2 milliards d’euros, selon le protocole d’accord.

Afin de lutter contre « la fracture territoriale », Action Logement financera également des rénovations dans les centres de villes moyennes « à hauteur de 1,5 milliards d’euros sur cinq ans ». Cela se traduira par des constructions, des réhabilitations ou encore des démolitions d’immeubles et de logements.

Autre priorité : la rénovation du parc énergétique privé. Action Logement consacrera 100 millions d’euros par an sous la forme de subventions aux propriétaires désireux de rendre leur logement moins énergivores.

Le gouvernement espère ainsi résorber en partie les « passoires thermiques », ces logements mal isolés.

Parmi les autres projets prédéfinis par Action Logement et le gouvernement, figurent également un soutien au Fonds National des Aides à la Pierre (FNAP) à hauteur de 50 millions d’euros par an dès 2018 ou encore la création d’une structure de portage ayant pour objectif de « faciliter l’acquisition, par les locataires, de leur logement social ».

Des discussions entre Action Logement et le gouvernement doivent encore être menées, « en vue de la conclusion de la convention quinquennale avant fin 2017 », indique le protocole d’accord.

Géré paritairement par le patronat et les syndicats de salariés, Action Logement collecte la Participation des employeurs à l’effort de construction (Peec), versée depuis 1953 par les employeurs du secteur privé non agricole, et affectée au financement d’actions dans le domaine du logement.

L’organisme, qui compte 18.000 salariés, gère un million de logements sociaux et intermédiaires.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article