Robert Zoellick : quand l’ancien Président de la Banque Mondiale ré-intègre Goldman Sachs

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Alors que la Banque Mondiale et ses partenaires financiers semblent redoubler d’énergie ses derniers temps pour financer des projets de par le monde, les derniers et non des moindres concernant le Mali et le Sénégal, il n’est pas inintéressant de rappeler les liens entre l’établissement financier et des banques réputées sulfureuses, comme Goldman Sachs, cette dernière semblant ni plus ni moins tirer les ficelles du monde de la finance.

Précisons alors que c’est avec une certaine discrétion qu’en octobre 2013, Robert Zoellick, l’ancien président de la Banque mondiale a rejoint Goldman Sachs en vue de conseiller la banque. Basé à Washington, il sera investi « des questions stratégiques mondiales » et supervisera le travail de ses seize conseillers internationaux, nous avait-on indiqué à l’époque.

Un retour aux sources en quelque sorte, puisque, si en juin 2012 Robert Zoellick avait achevé un mandat de cinq ans à la tête de la Banque mondiale, il avait auparavant travaillé pendant un an pour Goldman Sachs, comme vice-président chargé de l’international, après avoir occupé divers postes dans les administrations Bush et Reagan.

La nouvelle recrue « a une connaissance extraordinaire de l’économie mondiale et s’est consacré à aider les économies émergentes à atteindre leur plein potentiel », avait alors déclaré le PDG de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, dans un communiqué. Ajoutant que « son expérience et son avis seront importants pour nos clients et pour les aider à identifier des opportunités de croissance dans le monde. »

Robert Zoellick a salué pour sa part « la portée mondiale » de la banque, disant vouloir « l’aider à servir ses clients dans un contexte économique mondial changeant et difficile ».

Sources : AFP, Le Monde

Elisabeth Studer – 23 février 2014 – www.leblogfinance.com


Le Blog Finance

Partager cet article