Skinjay, la start-up qui rêve de devenir le Nespresso de la douche

Mots-clefs : , , , , ,

“Dans notre société hyper-connectée et de plus en plus stressante, il n’y a véritablement qu’un seul endroit où l’on peut être tranquille et réfléchir: c’est sous la douche. Même aux toilettes, nous gardons nos smartphones et tablettes!” C’est d’ailleurs en prenant une douche, un matin d’avril 2012, que Nicolas Pasquier a eu l’idée géniale de rendre encore plus agréable ce geste solitaire du quotidien. “Je ne sais pas pourquoi mais l’eau avait un goût agréable ce jour-là. Je me suis alors dit que ce serait marrant d’y mettre de l’odeur et de la couleur afin de personnaliser sa douche selon ses envies”, se souvient le jeune quadra dans ses bureaux parisiens.

Depuis, le concept s’est étoffé. Comme le montre la vidéo ci-dessous, Nicolas Pasquier a inventé, au terme d’un an et demi de recherches, un système digne de la machine Nespresso pour agrémenter sa douche. “C’est simple comme une machine de café en capsules mais ça a été très complexe à créer”, présente-t-il. Pour l’utiliser, il faut au préalable visser un “mixer” sur le flexible et le mitigeur de la douche. Puis, à chaque fois que l’envie s’en fait sentir, glisser une capsule comme un amateur de petit noir le ferait. Et c’est parti pour 5 à 10 minutes d’eau chaude et délicatement parfumée aux huiles essentielles.

Une infinité de déclinaisons

“C’est une alternative au spa qui ne prend pas de temps puisque ce moment de bien-être s’insère dans notre quotidien”, soutient Nicolas Pasquier. De fait Skinjay se destine aux urbains pressés et stressés par une vie menée tambour battant. Mais aussi aux seniors et aux enfants. “Le bienfait des huiles essentielles n’est plus à prouver et cela peut permettre de motiver les enfants à se laver”. Mais il faudra patienter encore un peu pour en profiter. La production 100% made in France, réalisée pour les capsules en Auvergne et pour le “mixer” entre la Baie de Somme et Marseille par des handicapés, est en cours. Environ 60.000 “mixer” et plusieurs millions de capsules (6 parfums au choix) doivent être commercialisés en 2015.

Déjà, un site de réservation recueille les commandes avant l’ouverture d’un site e-commerce courant décembre et éventuellement un corner dans de grands magasins. Mais pour accélérer ses ventes, Nicolas Pasquier compte plutôt sur le B to B. Il est actuellement en discussions avec plusieurs industriels de la salle de bains et groupes hôteliers de luxe pour qu’ils pré-intègrent sa machine Nespresso à leurs douches.

Par ailleurs, plusieurs sociétés de cosmétiques l’ont contacté pour développer une gamme de capsules incorporant leurs produits de soin pour la peau. “Il y a une infinité de déclinaisons possible: pour les problèmes de peau, pour l’après-sport, avec de la couleur…”. Pour financer ses ambitions, Nicolas Pasquier peut compter sur le prochain bouclage d’une 3ème levée de fonds de 500.000 euros, complétée par une 4ème, à la mi-2015.

Skinjay, la start-up qui veut devenir le… par Challenges


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article