Spie va céder son activité de câblage sous-marin en Allemagne

Mots-clefs : , , , , ,

Le groupe français de services techniques aux entreprises Spie a annoncé vendredi avoir trouvé un accord avec le groupe néerlandais Boskalis pour la cession de son activité de câblage sous-marin en Allemagne, pour un montant non communiqué. « Cette cession s’inscrit dans la stratégie de Spie de se concentrer sur son coeur de métier, caractérisé par des contrats de services multi-techniques récurrents », affirme l’entreprise, spécialiste des services techniques dans l’énergie et les télécommunications, dans un communiqué.

La cession doit être finalisée en 2019

L’activité cédée constitue la majeure partie de la division « Gas and Offshore » du groupe allemand SAG, spécialisé dans les services aux infrastructures d’énergies et racheté par Spie en 2017 pour 850 millions d’euros.

Tous les actifs et les employés liés à l’activité seront transférés au groupe Boskalis. La transaction devrait être finalisée au cours du premier trimestre 2019, indique le communiqué, dans lequel il est précisé que le reste de la division est lui aussi cédé, mais selon un processus distinct. « La finalisation de cette transaction marquera la fin des grands projets de réorganisation et de restructuration de Spie », précise Gauthier Louette, PDG du groupe, cité dans le communiqué.

Spie multiplie les opérations de rachat

L’entreprise a multiplié les opérations de rachat ces dernières années. Depuis le début de l’année, Spie a acquis quatre sociétés: Systemat en Belgique (infrastructures de télécommunication), ainsi que Fluigetec (nucléaire), Buchet (installation électrique) et Siétar&VTI (chaudronnerie industrielle pour l’industrie agroalimentaire) en France, pour une activité annualisée totale de 91 millions d’euros.

La consolidation de plusieurs acquisitions réalisées en 2017, notamment celle de SAG, a particulièrement contribué à la croissance de ses revenus. Le groupe a confirmé en novembre ses objectifs pour l’exercice en cours et dit viser une hausse « de plus de 7% à taux de change constants » de son activité, et une marge opérationnelle « à 6% ou plus »

(Avec AFP)

Challenges en temps réel : Entreprise

Partager cet article