Turkménistan : découverte de nouvelles réserves de gaz dans le mega gisement de Galkynysh

Mots-clefs : , , , , , , ,

Pays à prendre en compte sur l’échiquier énergétique mondial. Le Turkménistan vient d’annoncer via sa compagnie gazière d’Etat Turkmengaz que de nouvelles réserves estimées à un trillion de mètres cube de gaz avaient été découvertes dans l’immense gisement gazier turkmène dénommé Galkynysh, placé deuxième au niveau mondial.

S’appuyant sur les données issues d’un audit du cabinet britannique Gaffney, Cline and Associates, le président de Turkmengaz Achirgouli Begliev a déclaré que les réserves totales du gisement Galkynysh (anciennement dénommé South-Iolotan Osman) étaient désormais de 27,4 trillions de mètres cube. Ces chiffres ont été obtenus après l’exploration du gisement de Garakel, découvert l’an passé à proximité de Galkynysh.

Les réserves de gaz naturel du Turkménistan, pays d’Asie centrale, sont les quatrièmes au monde derrière le Qatar, la Russie et l’Iran.

Même s’il a inauguré en 2015 un gazoduc reliant ses principaux gisements de gaz, le pays manque toutefois d’infrastructures pour le transport et l’exportation de son gaz.

Bordé par la mer Caspienne, le territoire turkmène est connecté par des gazoducs à l’Iran, la Russie et la Chine. 75% des exportations d’hydrocarbures turkmènes sont destinées à l’Empire du Milieu.

Achkhabad souhaite diversifier ses exportations pour atteindre les marchés européen et sud-asiatique, mais ses projets de gazoduc vers l’Inde (via l’Afghanistan) et à travers la mer Caspienne font face à de nombreux obstacles, notamment en matière de sécurité.

En décembre 2014, les chefs d’Etat d’Iran, Kazakhstan et Turkménistan ont inauguré sur territoire turkmène, à Akiaïla, à la frontière entre l’Iran et le Turkménistan, une ligne de chemin de fer qui doit traverser leurs trois pays. Objectif de cette nouvelle infrastructure : accélérer le transport de produits pétroliers vers les marchés de l’Union européenne. Cette voie ferrée constitue en effet une alternative pour relier le Golfe persique, la mer d’Oman, les pays asiatiques, la Chine, la Russie, la Turquie et l’Europe. Selon le ministère turkmène des Transports, cette nouvelle infrastructure ferroviaire devrait permettre de transporter jusqu’à 10 millions de tonnes de marchandises par an, et notamment du pétrole.

En octobre dernier, lors du débat avec les dirigeants des institutions chargées du pétrole et du gaz du Turkménistan, de l’Azerbaïdjan et de la Turquie au sujet de l’acheminement du gaz naturel extrait de la mer Caspienne vers l’Europe, à Achgabat, Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne chargé de l’union énergétique, a indiqué que l’UE voulait que que le gaz naturel extrait de la mer Caspienne soit acheminé vers l’Europe à partir des années 2019-2020. « Le corridor gazier Sud est un projet important et stratégique pour nous. Ce projet nous permettra de diversifier nos itinéraires et sources énergétiques », a-t-il estimé.

A noter enfin que l’annonce de ces nouvelles réserves intervient alors que l’ambassade de France au Turkménistan pourrait être déclassée au deuxième semestre 2017 en poste dit « de présence diplomatique de format très allégé », avec perte du consulat associé, ce qui inquiète les milieux d’affaires français investis sur place.

« C’est un pays qui correspond à ce que l’on attend de la diplomatie économique », a notamment déclaré Gilles Rémy, président de la Chambre de commerce France-Turkménistan (CCFT), dans une déclaration prononcée lors d’un cocktail co-organisé avec l’ambassade turkmène à Paris pour commémorer le 25ème anniversaire de l’indépendance de cette République d’Asie centrale riche en gaz et en pétrole.

Sources : AFP, Presstv.it, azertac

Elisabeth Studer – 08 décembre 2016 – www.leblogfinance.com

Turkménistan : inauguration du TAPI, gazoduc stratégique avec Inde, Pakistan et Afghanistan

Turkménistan : accord stratégique avec le Japon dans le domaine énergétique, au cœur de la guerre des pipelines

Nouvelle fois ferrée pour relier Iran, Turkménistan et Kazakhstan au marché pétrolier de l’UE

Le Blog Finance

Partager cet article