UBISOFT ENTERTAIN : Face à l’échec de Breakpoint et The Division 2, Ubisoft fait une croix sur son exercice 2019-2020

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Le géant français du jeu vidéo lance jeudi soir un exorbitant avertissement pour l’exercice en cours, divisant par dix ses prévisions de résultat opérationnel. Confronté au flop de ses deux derniers jeux, Ghost Recon Breakpoint et The Division 2, la direction choisit de carrément sacrifier les résultats 2019-2020. Ubisoft reporte à l’exercice suivant le lancement de trois autres titres, donnant plus de temps à leur développer pour éviter de nouvelles déconvenues.

Certes, après une année 2018-2019 record, le nouvel exercice d’Ubisoft s’annonçait plus ardu. Mais le groupe doit avouer un échec qui risque de lui coûter très cher. L’éditeur d’Assassin’s Creed, The Crew et Lapins Crétins a annoncé jeudi après Bourse réviser en baisse ses ses objectifs financiers pour l’exercice 2019-2020, qui se terminera fin mars. Et l’avertissement est plus que sévère: la direction n’attend plus qu’un résultat opérationnel (non-IFRS) compris entre 20 et 50 millions d’euros, au lieu d’un objectif précédent situé à “environ 480 millions d’euros) et après 446 millions d’euros l’année dernière, tandis que le niveau des net bookings (montant des ventes nettes, hors revenus différés) devrait ressortir à 1,45 milliard d’euros, au lieu de 2,185 milliards visés jusqu’ici.

Ces ajustements découlent d’une part d’une forte révision à la baisse des revenus attendus de Ghost Recon Breakpoint et, dans une moindre mesure, de ceux de The Division 2, d’autre part de la décision d’accroître la durée de développement de Gods & Monsters, Rainbow Six Quarantine et Watch_Dogs Legion. Ces trois jeux sortiront désormais sur l’exercice 2020-21., sachant qu’un autre titre, Skull & Bones, avait déjà été reporté il y a plusieurs mois.

“Nous n’avons pas su capitaliser sur le potentiel de nos deux derniers lancements AAA [jeux à gros budget]. Concernant Ghost Recon Breakpoint, alors que de l’E3 à la Gamescom en passant par les previews et nos derniers playtests internes la qualité du jeu semblait se confirmer, la réception critique et les ventes sur les premières semaines ont été très décevantes”, a reconnu le

Ubisoft a identifié trois principaux éléments expliquant cette contre-performance : 1. Il est plus difficile de créer de l’intérêt pour des suites de jeux Live multijoueurs, quand les précédentes itérations ont bénéficié d’une expérience optimisée sur plusieurs années. (En conséquence, les suites de jeux Live devraient être plus espacées dans le temps). 2. Pour convaincre les joueurs de l’intérêt des innovations, ces innovations doivent être parfaitement implémentées afin d’offrir une expérience optimale. “Ce n’est pas encore suffisamment le cas sur Ghost Recon Breakpoint. Si le changement de formule a été très apprécié par certains joueurs avec un temps de jeu moyen par jour et par joueur de plus de 3h, il a également été fortement rejeté par une partie importante de la communauté” 3. Ghost Recon Breakpoint n’est pas venu avec suffisamment d’éléments de différenciation.

“Nous nous attaquons à ces problèmes de front. Nous avons déjà commencé à mettre en place des changements significatifs dans nos processus de production et nous sommes confiants dans notre capacité à réussir ces évolutions, comme nous l’avons fait avec succès à plusieurs reprises par le passé”, a assuré le dirigeant.

Dans ce contexte, alors que le groupe compte sur la solidité de son back-catalogue (les jeux des précédentes années comme Rainbow Six Siege et d’Assassin’s Creed Odyssey), la firme a pris la décision de décaler Gods & Monsters, Rainbow Six Quarantine et Watch_Dogs Legion sur l’exercice 2020-21 afin de donner plus de temps de développement aux équipes. “Ces jeux ont une identité forte et un potentiel élevé. Nous souhaitons néanmoins nous assurer que les innovations que nous apportons seront parfaitement implémentées pour une expérience optimale. Cela a un impact très significatif sur les résultats financiers de l’exercice en cours et va à l’encontre de nos succès récents dans la construction d’un modèle de développement plus stable”.

Pour autant, le dirigeant juge cette décision “en adéquation avec notre stratégie de maximiser la valeur future de nos marques et de renforcer les bénéfices long termes pour nos employés, nos joueurs et nos actionnaires. Nous en attendons un impact positif sur notre performance financière dès l’exercice 2020-21”. Au total, ce sont 5 jeux AAA qui devraient sortir au cours du prochain exercice. Pour celui-ci, Ubisoft attend un net bookings d’environ 2,6 milliards d’euros et un résultat opérationnel d’environ 600 million d’euros. Maigre consolation dans l’immédiat pour les actionnaires, alors que le titre accuse déjà 20% de recul depuis le début de 2019.

Guillaume Bayre – ©2019 BFM Bourse

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur UBISOFT ENTERTAIN en temps réel :


Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article