UBISOFT ENTERTAIN : Vivendi finalise la vente de ses actions Ubisoft, avec une belle plus-value à la clé

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Le groupe dont le principal actionnaire est Vincent Bolloré a annoncé mardi avoir cédé le reliquat de sa participation dans Ubisoft, portant à 1,2 milliard d’euros sa plus-value totale à l’issue de son aller-retour au capital de l’éditeur français de jeux vidéo. Cette opération étant attendue, l’impact sur les titres des deux groupes est neutre.

L’opération, prévue depuis le 20 mars 2018, est désormais officielle : Vivendi n’est plus actionnaire d’Ubisoft. Le groupe français spécialisé dans les contenus, les médias et la communication, expert dans les bons coups en Bourse, a annoncé mardi via un communiqué avoir cédé “le solde de sa participation dans Ubisoft (5,87 % du capital) pour un montant de 429 millions d’euros, représentant une plus-value comptable de 220 millions d’euros”. Au total, précise le communiqué, “la cession de la participation de Vivendi dans Ubisoft a représenté un montant de 2 milliards d’euros, soit une plus-value de 1,2 milliard d’euros”. En outre, Vivendi, “qui détient déjà Gameloft, leader mondial des jeux pour mobile, confirme son intention de continuer à se renforcer dans les jeux vidéo (…) et garde l’engagement de ne pas acquérir d’actions d’Ubisoft pendant cinq ans”.

Le “comme prévu” que l’on peut lire au début de l’annonce de Vivendi fait référence aux communiqués publiés par le groupe les 20 et 21 mars 2018 ainsi qu’à celui du 20 septembre 2018 qui annonçaient et expliquaient les différentes étapes de l’opération. Ainsi, dans ce dernier intitulé “Prorogation de l’échéance de la vente à terme des actions Ubisoft“, il était indiqué que “comme précédemment annoncé, le 20 mars 2018, Vivendi a vendu à terme le solde de sa participation dans Ubisoft (soit 7,59 millions d’actions représentant 6,7 % du capital) pour un montant d’environ 500 millions d’euros correspondant à un prix de 66 euros par action. Ces 6,7 % seront ainsi cédés à deux établissements financiers par Vivendi : environ 0,91 %, comme prévu, à la date du 1er octobre 2018, et 5,74 % reportés à la date du 5 mars 2019.”

Pas de mainmise sur le numéro 3 mondial du jeu vidéo

Vivendi s’était alors engagé envers Ubisoft à avoir cédé la totalité de ses actions au 7 mars 2019, date de livraison. Et “pour rappel, précise Emmanuel Matot, analyste chez Oddo BHF, Ubisoft s’est engagé à les racheter à Crédit Agricole entre 2019 et 2021 pour les annuler ou les utiliser dans le cadre des programmes de rémunération des salariés”. Le spécialiste du dossier d’ajouter que “Tencent détient toujours 5% du capital (d’Ubisoft, NDLR) depuis l’accord avec Vivendi signé il y a un an”, le Chinois n’ayant “pas le droit d’augmenter sa participation pendant 5 ans et de céder ses titres pendant 3 ans”. En mars 2018, le groupe de Vincent Bolloré avait dû renoncer à son ambition de prendre le contrôle du troisième éditeur mondial de jeux vidéo. La direction d’Ubisoft était opposée à tout rapprochement, et s’était efforcée d’empêcher une prise de contrôle rampante ou une OPA du groupe.

“Il s’agit juste du débouclage du forward signé entre Vivendi et Crédit Agricole – CIB” confirme Nicolas Langlet, d’Exane BNP Paribas, qui estime que “l’impact devrait être neutre sur les deux titres”. “La transaction n’aura aucun impact sur le nombre d’actions diluées par Ubisoft puisque c’était déjà inclus dans les prévisions du groupe pour 2018-2019 (120 millions d’actions diluées)” indique le spécialiste, qui rappelle que Ubisoft avait enregistré, dans ses résultats annuels 2017-2018 : 303 millions d’euros pour le contrat à terme prépayé de 4,5 millions d’actions et 100 millions d’euros en dépôt de garantie pour le contrat de swap”.

En conséquence, “la direction d’Ubisoft, a montré que David pouvait batte Goliath deux fois (avec les entrées non sollicitées à son capital d’Electronic Arts en 2004 et de Vivendi en fin d’année 2015)” note Richard-Maxime Beaudoux, analyste de Bryan Garnier spécialiste du dossier qui maintient sa recommandation à la “vente” et son objectif de cours à 65 euros sur la valeur.

Les deux titres à l’équilibre

Comme anticipé par Nicolas Langlet, l’impact de cette opération attendue est neutre sur les titres des deux groupes cotés à la Bourse de Paris. Vers 10h15, l’action Vivendi grignote 0,31% à 25,69 euros tandis que le titre Ubisoft cède 0,15% à 66,02 euros. Si le groupe de Vincent Bolloré reste ainsi bien orienté, comme depuis le début de l’année 2019 (+20%), l’éditeur de jeux vidéo continue de creuser ses pertes depuis le 1er janvier (-6%), même si ce dernier a vu la valeur de son titre s’envoler au cours des cinq dernières années (+450%).

Quentin Soubranne – ©2019 BFM Bourse

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur UBISOFT ENTERTAIN en temps réel :


Votre avis

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article