Urgence développement : stimuler l’Afrique par des investissements publics et privés

Mots-clefs : , , , , , ,

planisphère continent africain

L’aide bilatérale française est l’une des plus importantes au monde. Le pays est le quatrième contributeur, ce qui correspond à 10% de l’aide mondiale accordée. Les aides au développement se concentrent essentiellement sur le continent africain, et plus précisément en Afrique subsaharienne. De multiples projets sont conduits en lien avec les pays concernés pour améliorer l’activité économique ou le secteur social. L’objectif étant d’appuyer des projets durables et qui permettent de stimuler la croissance économique. Pour ce faire des investissements privés via des fondations s’associent également dans le processus de développement afin de conduire des projets de manière autonome.

Impacter la vie quotidienne 

Les aides publiques au développement ont pour buts premiers la lutte contre la pauvreté et l’intégration dans la mondialisation. Il s’agit donc d’impacter positivement la vie des personnes présentes sur le territoire, et dans le même temps, de permettre de relancer l’activité économique dans le pays. C’est pour cela que des dons sont réalisés dans certains pays d’Afrique pour élaborer des projets ou répondre à des demandes concrètes d’infrastructures. Par exemple, un projet au Niger, menée avec une aide bilatérale de la France, a permis de réaliser à Niamey l’alimentation en eau potable de 24 centres urbains et 5 quartiers périphériques de la ville. L’agence française de développement (AFD) tient à ce que les projets de développement qui sont conduits soient durables. Plus question de subventionner des projets OGM ou utilisant le charbon. La plupart des projets se concentre donc dans le domaine de l’amélioration de l’exploitation agricole, ou de l’assainissement de l’eau. Les débouchés quels sont-ils ? Au-delà de soutenir des projets durables ils permettent de responsabiliser les populations. Elles devront en effet garantir la pérennité des biens et infrastructures dont elles pourront jouir. Les projets de santé sont également très importants dans les initiatives au développement. Par exemple l’appui pour la création d’un réseau de protection sociale en Guinée.

Encourager les financements privés

Mais les dons publics ne sont pas les seuls à favoriser la réalisation de projets en Afrique, ou ailleurs. Des fondations privées d’entreprises, comme le groupe Areva, sont présentes sur le continent à travers un soutien financier dans des projets concernant l’éducation, l’environnement, la culture, l’entreprenariat ou la santé. La fondation Areva a appuyé, via l’ONG de développement nigérienne HED Tamat et avec le soutien du Secours populaire français, un programme d’appui à 10 écoles dans la commune rurale d’Ingall. « Ce projet financé par le Secours populaire français et la Fondation AREVA représente une contribution majeure pour HED Tamat et ses partenaires face au défi que représente le renforcement de la scolarisation en zone nomade », a déclaré Mr Seidi Houmoudan, représentant de l’ONG locale HED Tamat. Le fait d’inciter des grands groupes privés, comme la Fondation Areva, à agir est une bonne nouvelle quand on sait que tous les budgets d’aides au développement des Etats sont revus à la baisse. La France n’étant pas exempte de cette diminution de budget. Mais le secteur privé rencontre encore des difficultés à intervenir dans des projets de développement. Ce domaine apparaît pour la plupart des personnes comme spécifique au secteur publique. L’image qu’une entité privée puisse intervenir dans des projets de développement n’est encore pas très bien acceptée. Pourtant, malgré des critiques sur l’intérêt annoncé et réel des entreprises dans leurs initiatives de dons, il faut leur reconnaître une incidence et une efficacité. De plus, les entreprises disposent de capitaux disponibles pour des dons et de l’investissement, ce sera de moins en moins le cas pour les administrations publiques. Il faut donc casser cette image qui considère le secteur privé comme fondamentalement mauvais.

Sans tomber dans des réflexes d’assistance, l’aide au développement est un outil qui s’avère indispensable pour soutenir des initiatives locales et/ou la réalisation de projets durables proposés par des entités publiques et privées. La finalité étant de lutter contre la pauvreté dans des pays durablement atteints et pour lesquels l’aide au développement est un soutien financier mais également un encouragement réel.

Tendances Eco

Partager cet article