Venezuela : hausse de 50 % du salaire minimum mais inflation galopante

Mots-clefs : , , , , , ,

Bonne nouvelle ou presque pour les salariés du Venezuela. Histoire de calmer autant que faire se peut les tensions sociales … et stabiliser ainsi le gouvernement, le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a annoncé vendredi une augmentation de 50% du salaire minimum.

C’est désormais la troisième hausse en 2016 alors que pays est confronté à l’inflation galopante. Comme quoi il est toujours nécessaire de relativiser et de comparer toute hausse à l’augmentation des prix.

La mesure qui prendra effet le 1er septembre 2016 portera le salaire mensuel minimum à 22 577 bolivars, soit environ 35 dollars selon le moins favorable des deux taux de change officiels, mais 23 dollars au taux du marché noir. Si l’on ajoute à cette somme les indemnités repas, le salaire minimum atteindra 65 056 bolivars.

Cette hausse est néanmoins loin de satisfaire les opposants de Maduro, lesquels estiment que la mesure est très insuffisante pour compenser les effets de l’inflation, qui a tout de même été de 181% en 2015 (un record mondial), selon des données officielles ! Les hausses des prix les importantes avaient été enregistrées dans les transports (+ 129,8%), l’alimentation et les boissons non alcoolisées (+315%), l’habillement  (+146%) ou encore la santé (+110,6%).

L’opposition n’a pas totalement tort … Rappelons-nous et faisons les calculs. A la veille du 1er mai dernier, le président du Venezuela Nicolás Maduro avait annoncé une hausse de 30% du salaire minimum. Le chef de l’Etat avait alors déclaré que le salaire minimum allait passer à 15.051 bolivars, soit près de 40 dollars par mois au taux de change officiel plus élevé, ou 14 dollars au taux du marché noir … Bilan des courses : au final, effectivement, la hausse annoncée ces derniers jours ne permet pas d’atteindre le niveau de salaire minimum en vigueur au 1er mai si l’on prend en compte le taux de change le moins favorable ! Pour rappel, après avoir enregistré quatre hausses, pour un taux cumulé de 98% en 2015, le salaire minimum avait préalablement progressé de 56 % de janvier à fin avril 2016.

En mai dernier, un sondage révélait que près de 68% des Vénézuéliens, lassés par les pénuries et une inflation à trois chiffres, étaient en faveur d’un départ du président le plus vite possible et une nouvelle élection présidentielle.

Précisons que la banque centrale du Venezuela n’a pas publié de chiffres plus récents, ce qui selon l’opposition correspond à une volonté de cacher des données économiques catastrophiques.

Le Venezuela, pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, l’Opep, a vu son économie s’effondrer avec la dégringolade des cours du brut.

Sources : AFP, Reuters

Elisabeth Studer – 13 août 2016 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Venezuela : plombé par cours du pétrole et Moody’s, le pays se tourne vers la Russie

Venezuela : Moody’s abaisse la note du pays, plombé par la chute des cours du pétrole

Le Blog Finance

Partager cet article