Wall Street, emmenée par la technologie, le Nasdaq à un record

Mots-clefs : , , , , ,

Wall Street a terminé en ordre dispersé mardi, le Nasdaq affichant un nouveau record sous l’effet d’une forte progression des valeurs technologiques, dont la hausse a toutefois été atténuée par la persistance d’inquiétudes sur le dossier du commerce américain.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Nasdaq, à forte coloration technologique, s’est apprécié de 0,41%, à 7.637,86 points, après avoir déjà affiché un record la veille.

L’indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a perdu 0,06%, à 24.799,98 points.

L’indice élargi S&P 500 a progressé de 0,07% à 2.748,79 points.

« Il est assez difficile de trouver des entreprises qui représentent des opportunités de croissance aussi excitantes que des Apple, Netflix ou Amazon », a indiqué Tom Cahil de Ventura Wealth Management qualifiant de « remarquable » le potentiel de progression de ce secteur.

Certains géants de la tech américaine ont connu une journée de forte hausse, à l’image de Twitter (+5,20%), Netflix (+1,10%), Amazon (+1,87%) ou dans une moindre mesure Apple (+0,77%). Le sous-indice de la tech au sein du S&P 500 a pris 0,76%.

« C’est de plus en plus souvent le cas à Wall Street: la hausse des indices est tirée par ces valeurs », a noté Matt Miskin, stratégiste pour John Hancock Investments.

Les marchés sont toutefois restés sur leurs gardes concernant le dossier épineux du commerce des Etats-Unis avec ses partenaires.

« Les commentaires les plus récents sur la politique commerciale américaine ne sont pas allés dans la direction souhaitée par les courtiers », a affirmé M. Cahill.

La Chine a bien proposé d’acheter près de 70 milliards de dollars de biens américains supplémentaires pour réduire le déficit des Etats-Unis, à condition que l’administration Trump abandonne sa menace d’imposer des tarifs douaniers sur 50 milliards de marchandises chinoises, affirme mardi le Wall Street Journal.

« Les marchés ne se sont pas réellement engagés dans un sens ou dans l’autre (après cette annonce), ils semblent s’habituer aux soubresauts » créés par les annonces américaines et étrangères à répétition ces derniers temps, a noté M. Miskin.

Le marché obligataire se détendait: le rendement sur la dette américaine à 10 ans reculait à 2,917% contre 2,942% lundi à la clôture et celui sur les bons à 30 ans baissait à 3,079% contre 3,085% la veille.

Challenges en temps réel : Économie

Partager cet article