Wall Street, rassérénée par la faible inflation, termine en hausse

Mots-clefs : , , , , , ,

La Bourse de New York a terminé en hausse jeudi, portée par l’accueil positif réservé à la hausse moins rapide que prévu des prix en août aux Etats-Unis et au rebond d’Apple.

L’indice vedette de la place new-yorkaise, le Dow Jones Industrial Average, a gagné 0,57% à 26.145,99 points.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, s’est apprécié de 0,75% à 8.013,71 points.

L’indice élargi S&P 500 est monté de 0,53% à 2.904,18 points.

Les indices ont profité de la modeste augmentation de l’inflation en août aux Etats-Unis, l’indice des prix à la consommation ayant progressé de 0,2% par rapport au mois précédent. Sans les prix alimentaires et de l’énergie, la hausse n’a été que de 0,1%.

Mercredi, les autorités américaines avaient fait part d’une baisse surprise des prix à la production en août dans le pays.

Les investisseurs « se ravissent de voir un environnement inflationniste modéré et se disent que la Réserve fédérale va peut-être relever ses taux directeurs plus lentement que prévu », a remarqué Matthew Miskin, de John Hancock Investments.

De quoi rasséréner les courtiers de Wall Street qui profitent depuis plusieurs années des faibles taux sur les marchés.

Toutefois, a nuancé Christopher Low de FTN Financial, les indicateurs de la semaine sur l’inflation ne sont pas suffisants « pour chambouler la perspective des membres du comité de politique monétaire de la Fed ».

De nombreux observateurs s’attendent toujours à deux hausses de taux d’ici la fin de l’année.

Après avoir reculé nettement à la publication des chiffres sur l’inflation, les taux d’emprunt de la dette américaine sont d’ailleurs remontés: le rendement sur les bons du Trésor à 10 ans évoluait vers 20H20 GMT à 2,975%, contre 2,963% mercredi soir, et celui à 30 ans à 3,109%, contre 3,104% à la précédente clôture.

Les courtiers ont par ailleurs peu réagi aux réunions des banques centrales européenne et britannique, qui n’ont pas touché à leurs taux directeurs.

Les indices de Wall Street ont aussi été aidés par le rebond du secteur technologique, l’indice le représentant au sein du S&P 500 ayant progressé de 1,15%.

Le géant informatique Apple en particulier a grimpé de 2,42%. Il avait terminé en baisse la veille suite à la présentation de ses nouveaux produits.

Autre facteur porteur: les autorités chinoises ont confirmé jeudi que Washington avait proposé à Pékin de reprendre les négociations commerciales avant que l’administration Trump n’impose de nouvelles taxes punitives sur ses importations.

Les actions de Boeing et Caterpillar, deux sociétés très sensibles à toute perturbation du commerce international, ont respectivement gagné 0,58% et 0,87%.

Challenges en temps réel : Économie

Partager cet article