Accidents du travail : la mortalité après une chute de hauteur toujours élevée

Mots-clefs : , , , , , , ,

L’inspection du travail a comptabilisé 213 accidents du travail causés par une chute de hauteur

dont 23 mortels au premier semestre 2022, un chiffre qui ne diminue pas en dépit des campagnes de prévention, selon un bilan mardi de la Direction générale du travail (DGT).

En 2021, 421 accidents du travail causés par une chute de hauteur avaient été signalés, dont 46 mortels et 249 ayant entraîné des blessures graves.

En moyenne, sur les trois dernières années, la France enregistre 674 décès liés au travail par an.

Les principales causes sont les accidents de la route, les accidents dus à des équipements de travail ou des engins dangereux, les chutes de hauteur (26% des accidents du travail et 18% des accidents mortels).

« On observe un palier », a commenté lors d’une conférence de presse, le directeur général du travail Pierre Ramain avec un nombre d’accidents et leur indice de fréquence qui ne baissent plus.

Pas moins de 3.647 décisions d’arrêt de travaux liées à un risque de chute de hauteur ont été notifiées en 2021 par l’inspection du travail qui a réalisé 31.520 interventions sur ce thème, deuxième motif derrière la lutte contre le travail illégal.

Après une année 2020 qui avait vu l’inspection du travail réduire ses interventions du fait du Covid et les concentrer sur le contrôle du protocole sanitaire en entreprise et la fraude à l’activité partielle, 2021 a vu un retour à « un niveau d’activité classique » selon M. Ramain.

L’inspection du travail a cependant ajouté la lutte contre les recours abusifs aux contrat courts de moins d’un mois dans ses priorités, avec 4.800 interventions entre octobre 2021 et juin 2022.

« Il y avait des actions d’initiative mais l’idée c’était d’y travailler collectivement et de manière visible », a expliqué M. Ramain. Ont été ciblés les secteurs visés par la mise en place d’un « bonus-malus » lors de la réforme de l’assurance chômage.

Globalement en 2021, 68% des interventions des agents de contrôle ont eu lieu dans des entreprises de moins de 50 salariés, principalement dans la construction (27%), l’industrie (13%) et le commerce (12%).

Au total, 2.160 décisions de sanctions ont été prises en 2021 et 11,2 millions d’euros d’amendes ont été mises en recouvrement.

Partager cet article