ARGAN : Le pro des entrepôts Argan voit ses revenus flamber et s'aPPR (ex Pinault Printemps)oche d'un record en Bourse

Mots-clefs : , , , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – En 2020, la société d’investissement immobilier, exclusivement positionnée sur les bâtiments logistiques, a dépassé son objectif de loyers, amélioré ses résultats et réduit sa dette, avec une nouvelle hausse du dividende à la clé.

Le compte y est, et même un peu plus, au titre de l’exercice écoulé pour la foncière logistique. Toujours très prompte à finaliser ses comptes -Argan donne même une première indication du montant de ses loyers dans les jours suivant la clôture de l’exercice- la société majoritairement contrôlée par la famille Le Lan continue à tirer profit d’une stratégie consistant à construire des entrepôts sur-mesure pour chaque utilisateur, de grands groupes de la distribution et de la logistique, afin de garantir des baux pérennes.

Comme indiqué le 4 janvier, les recettes locatives de 2020 se sont élevées à 142,4 millions d’euros, en nette hausse de 42% par rapport à l’exercice précédent (100,2 millions) et au-delà de l’objectif fixé à 140 millions d’euros. Selon le détail des comptes publié mercredi soir, l’Ebitda (résultat opérationnel courant) s’est établi à 132,2 millions d’euros, en augmentation (hors coûts d’acquisition du portefeuille Cargo en 2019) de +48% .

Le résultat net récurrent est quant à lui de 103,4 millions d’euros, en augmentation de 45% sur un an, et représente désormais 73% des loyers, contre 71% en 2019.

Près de 3 millions de mètres carrés

En termes de portefeuille, Argan a investi 197 millions d’euros pour ajouter au total 180.000 mètres carrés à son parc, dont une grosse opération en décembre avec le rachat de deux plateformes logistiques d’une surface totale de 128.000 m², louées aux groupes FM Logistic, Cora et Vigneron Logistique pour des durées fermes moyennes résiduelles de 9 ans.

En parallèle, la société a cédé en novembre à l’OPPCI Groupama Gan Logistics un portefeuille de trois plateformes d’une surface totale de 50.000 m². Au terme de ces arbitrages, le patrimoine construit (hors actifs en cours de développement) atteignait à 2.990.000 m² au 31 décembre 2020. Sa valorisation s’élève à 3,012 milliards d’euros hors droits (3,151 milliards droits compris), la barre de 3 milliards étant ainsi atteinte avec plus d’un an d’avance sur le calendrier initialement prévu. La durée résiduelle ferme est de 5,7 années en moyenne.

Un endettement qui régresse

Côté bilan, la dette financière brute relative au patrimoine livré s’établissait à 1,674 milliard d’euros, dont 155 millions d’euros d’emprunt obligataire. Le ratio d’endettement LTV (dettes financières nettes/valeur d’expertise hors droits) est en diminution pour atteindre 54,3% à fin 2020. Argan proposera à l’assemblée générale du 25 mars prochain d’approuver le versement d’un dividende de 2,10 euros par action (45% des cash flows nets) pour une mise en paiement courant avril.

Se fixant pour 2021 d’atteindre 154 millions d’euros de revenus locatifs, Argan souhaite intensifier la mise en œuvre du “plan climat” engagé en 2020 qui vise à construire des entrepôts premium dont l’exploitation aura une empreinte carbone neutre. Le développement de tels biens implique des investissements plus élevés, mais selon les analystes de Degroof Petercam le groupe n’aurait pas de difficultés à les rentabiliser grâce à des loyers plus élevés (de l’ordre de 7 à 10% par rapport à des entrepôts classiques), tant la demande est forte pour ce type d’actifs. Visant un objectif de 105 euros par action, le bureau d’études réitère son conseil d’achat au vu de la solidité des résultats présentés par la foncière.

En Bourse, le titre réagit par un gain de 2,49% à 90,60 euros. Il se rapproche ainsi de son record en clôture atteint le 28 août dernier à 90,80 euros.

Guillaume Bayre – ©2021 BFM Bourse

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur ARGAN en temps réel :


Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article