CAC 40 : La Bourse de Paris met ses hésitations de coté et entame le mois de mai à plus de 6300 points

Mots-clefs : , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Surmontant un accès de faiblesse brutal mais passager en matinée, le marché parisien a progressé de 0,61% lundi, entamant le nouveau mois boursier sur une note positive

En l’absence de publications et d’événement majeur sur le front macroéconomique, les investisseurs ont fait montre d’une certaine hésitation en séance, avant de se repositionner majoritairement à l’achat pour permettre au CAC 40 de boucler lundi sur un gain de 0,61% à 6.307,90 points. Alors que certains marchés étrangers, dont Londres, Tokyo et Shanghai, observaient un jour férié, les échanges se sont révélés peu animés à seulement 2,3 milliards d’euros.

Après avoir échoué à se maintenir au-delà de 6300 points, le CAC 40 a refranchi ce niveau en début de matinée, prenant jusqu’à 0,69% à 6.313 points une demi-heure après l’ouverture, avant de laisser filer ses gains jusqu’à s’afficher en repli vers 12h00… pour repartir tout aussi rapidement vers le haut moins d’une heure après.

Dans l’après-midi, l’indice phare a reçu le soutien de Wall Street où les principaux indices progressaient au moment de la clôture en Europe de +0,4% pour le S&P 500 jusqu’à +0,8% pour le Dow Jones, emmenés par les secteurs cycliques. Les valeurs de croissance des nouvelles technologies restaient pour une fois un peu en retrait (-0,25% pour le Nasdaq Composite).

“Des évolutions de bénéfices très favorables, poussées par une reprise économique d’une puissance inédite, laquelle est soutenue par des politiques économiques visant à amplifier au maximum la dynamique de croissance” font partie des puissantes “forces en présence pour stimuler la prise de risque”, constate Sebastian Paris Horvitz, analyste chez LDPAM, tandis que la Bourse de Paris a enregistré en avril sa troisième progression mensuelle d’affilée.

Dans la matinée, les opérateurs ont par ailleurs pris connaissance de PMI records en Europe, l’indice du secteur manufacturier ayant grimpé à 62,9 en avril contre 62,5 en mars, selon les résultats définitifs de l’enquête mensuelle que réalise IHS Markit auprès des directeurs d’achat (PMI). Ce chiffre ressort légèrement inférieur à une première estimation à 63,3 mais n’en atteint pas moins son meilleur niveau depuis le début de cette enquête en juin 1997.

“Le secteur manufacturier de la zone euro explose”, commente Chris Williamson, économiste d’IHS Markit. “Les pressions sur l’offre sont toutefois également à des niveaux records, ce qui entraîne un record de commandes non honorées dans les entreprises”, ajoute-t-il. À noter toutefois le léger ralentissement en France, où l’indice du secteur manufacturier est tombé à 58,9, contre 59,3 en mars et après une estimation initiale à 59,2, ce qui a contribué à l’accès de faiblesse du CAC 40 en matinée.

Aux Etats-Unis, l’ISM a montré également une expansion de l’activité, avec un indice à 60,7 en avril, même si le consensus misait sur un chiffre encore plus spectaculaire.

Le rythme a également clairement ralenti sur le front des publications trimestrielles. Coil a été l’une des rares sociétés à dévoiler ses comptes ce lundi. Ses résultats 2020, en l’occurrence, ont été sanctionnés d’une baisse de 9,9%, l’exercice écoulé se soldant même par une perte de 3,3 millions d’euros. Leader mondial de l’anodisation pour les secteurs du bâtiment et de l’industrie, le groupe -belge et coté à Paris- constate une reprise de la demande au premier trimestre, mais par malchance le ralentissement de la production d’aluminium en Europe (faute de capacités) ne lui permet pas d’en tirer partie.

DBV Technologies a flanché de 5,6%, alors que la trésorerie de la biotech a encore diminué sur les trois premiers mois de l’année (de 196,4 millions au 30 décembre 2020 à 152,5 millions au 31 mars dernier). Le compartiment anime la cote avec, dans l’autre sens, le gain de 3,1% de Genfit alors que son partenaire LabCorp a procédé au lancement commercial du test diagnostic de la NASH (ou “maladie du foie gras”) en Amérique du Nord. Advicenne a été suspendu de cotations, sur dernier cours en hausse de 25,3% en réaction à l’homologation en Europe de son premier produit, dédié à une maladie orpheline du rein.

Ralliés à l’optimisme ambiant, les cours du brut s’affichaient derechef en hausse en fin de journée. Le baril de Brent prenait 1,27% à 67,61 dollars et le WTI 1,37% à 64,45 dollars.

Sur le Forex, la monnaie unique en profitait également, reprenant 0,35% à 1,2062 dollars, consécutivement au léger rebond du billet vert en fin de semaine dernière.

Enfin, tandis que le rebond du Bitcoin s’atténuait, à moins de 58.000 dollars (57.690 vers 17h45), le bond de l’etherfaisait l’actualité sur le marché des crypto-actifs. Deuxième cryptomonnaie par sa “capitalisation”, l’ether vient d’inscrire un nouveau record, au-dessus du seuil psychologique des 3.000 dollars.

Guillaume Bayre – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article