CAC 40 : La Bourse de Paris perd près de 1% cette semaine

Mots-clefs : , , , , ,

(BFM Bourse) – Sans capituler véritablement, le CAC 40 a subi une nouvelle baisse hebdomadaire, au terme d’un nouveau déclin de 0,56% vendredi.

Loin d’apercevoir un point d’inflexion dans la courbe des contaminations, les investisseurs n’ont pu que constater la dégradation de la situation sanitaire, obligeant les décideurs à multiplier les restrictions à l’activité. Une toile de fond qui a continué à peser sur les indices européens cette semaine -alors que Wall Street a inscrit de nouveaux sommets historiques le jour de l’accession de Joe Biden à la présidence.

La situation outre-Atlantique n’est pourtant pas folichonne pour autant. Le nouveau président a d’ailleurs décrété aussitôt une série de mesures, dont une quarantaine pour les voyageurs étrangers. En Europe, la situation est “très grave” dans l’ensemble, a averti la présidente de la Commission européenne. En France un test va être imposé à tout voyageur, même en provenance d’un Etat membre, et le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé que se jouait une course contre la montre pour éviter un troisième confinement, face à la contagiosité du nouveau variant “anglais”. Beaucoup y lisent entre les lignes la confirmation qu’un tel confinement est inéluctable. Même en Chine, qui connaît sa pire flambée depuis mars, la résurgence du virus préoccupe aussi les autorités locales.

Pour ne rien arranger, les premiers résultats des enquêtes mensuelles PMI d’IHS Markit pour janvier ont montré ce vendredi une accélération de la contraction du secteur privé de la zone euro en début d’année 2021. Le taux de croissance de la production s’est replié à son plus faible niveau depuis le début de la reprise du secteur manufacturier tandis que dans le secteur des services, l’activité a enregistré sa deuxième plus forte contraction depuis mai 2020, observe l’institut de recherche. L’indice PMI Flash composite IHS Markit s’est replié de 49,1 en décembre à 47,5 en janvier, signalant ainsi une troisième baisse mensuelle. Pour Chris Williamson, chef économiste chez IHS Markit “une récession à double creux semble désormais inévitable pour l’économie de la zone euro, le durcissement des mesures destinées à contenir la propagation du virus continuant de peser sur les performances des entreprises”.

Dans ce cadre, l’indice parisien a laissé filer 0,56% sur la séance, à 5.559,57 points, signant ainsi un deuxième repli hebdomadaire d’affilée avec -0,93% sur l’ensemble de la semaine.

Ce sont les entreprises les plus exposées au risque de reconfinement qui ont été les plus sanctionnées, à l’image de la distribution spécialisée (SMCP a lâché près de 6% Maisons du Monde 4,6%) et de l’hôtellerie et du tourisme (-4,8% pour Accor, -2,5% pour Air France-KLM). L’énergie, l’automobile ou les bancaires ont aussi subi des dégagements significatifs.

Au sein du CAC 40, moins d’un quart de l’effectif a gardé la tête hors de l’eau vendredi, Unibail reprenant contre la tendance 2,6%, avec des valeurs plutôt défensives comme Air Liquide (+0,7%), Orange (+0,3%) ou Sanofi (+0,05%).

Le leader tricolore de l’évènementiel GL Events, qui redoute une perte nette de 70 millions d’euros au titre de 2020, a reperdu 6,5%.

Airbus a reculé de 0,6% après avoir fait état d’une remontée plus lente que prévu initialement des cadences de production de sa gamme A320.

Très hésitant tout au long de la séance malgré l’annonce d’un rebond de son chiffre d’affaires trimestriel, le titre Rémy Cointreau a terminé sur un repli peu significatif (-0,3%).

Paradoxalement, le lot des publications de résultats du jour a plutôt amené de bonnes surprises aux actionnaires des entreprises concernées, aux premiers rangs desquelles Netgem. Le spécialiste des technologies liées à la VOD a flambé de 34% après avoir divulgué un doublement de ses revenus nets au titre de 2020, ce qui apparaît prometteur pour la marge.

Quadient a progressé jusqu’à plus de 10% en séance, et de 4,7% en clôture, grâce au relèvement des ses perspectives pour l’exercice écoulé, l’ex-Neopost attestant d’une nouvelle amélioration de la tendance commerciale au dernier trimestre.

La maison nordiste Damartex (maison mère de Damart) a vu son cours accélérer de 7,7% à la suite d’une croissance de 7% à taux de changes constants de son chiffre d’affaires pour ce qui est le deuxième trimestre de son exercice décalé, qui devrait amener à une “hausse sensible” de son résultat sur la période.

Le projet d’acquisition de l’australien Big Ant Studios a profité à l’éditeur Nacon (+4,6%).

Parmi les autres classes d’actifs, l’euro grappille 0,12% à 1,2182 dollar. Du côté des crypto-actifs, le Bitcoin entame un rebond après avoir perdu quasiment 25% depuis son sommet historique du début d’année. Il remontait vendredi soir de 3,79% à 32.462 dollars.

Dans un contexte d’inquiétudes vis-à-vis de la conjoncture proche, le pétrole se replie nettement. La baisse est de 1,19% pour le Brent européen à 55,43 dollars en fin de journée, et de 1,36% à 52,41 dollars s’agissant du WTI texan.

Guillaume Bayre – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article