CAC 40 : La Bourse de Paris termine à un plus haut depuis l'année 2007

Mots-clefs : , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Après un long week-end de Pâques, le CAC 40 a emboîté le pas de Wall Street (à de nouveaux sommets historiques) pour rejoindre de son côté un plus haut niveau depuis juillet 2007.

Après avoir renoué mi-mars dernier avec son niveau d’avant-crise, le marché parisien part à la conquête de nouveaux sommets. Même en ayant un peu réduit ses gains par rapport à son meilleur niveau de la matinée, le CAC 40 a pour la première fois dépassé mardi son pic de 2020 (6.111,41 points) pour clôturer en hausse de 0,47% à 6.131,34 points – soit un plus haut depuis juillet 2007.

S’il dépasse prochainement 6.168,15 points, le CAC 40 rejoindrait alors des niveaux datant de… la bulle Internet de l’an 2000, pour trouver trace de son sommet historique (à 6.944,77 points en séance le 4 septembre de cette année-là).

Au retour d’un long week-end de Pâques (qui a donné lieu à quatre jours de relâche en tout à Paris), les Bourses européennes -le Dax évolue à un sommet historique à Francfort- ont profité notamment des derniers chiffres mensuels de l’emploi américain qui ont porté le Dow Jones et le S&P à de nouveaux records ce lundi. À cette bonne surprise des création d’emplois (916.000 en mars, le plus gros total depuis août dernier) est par ailleurs venu s’ajouter lundi un indice ISM des services nettement supérieur au consensus et au plus haut de son histoire à 63,7 (contre 55,5 en février).

Ce mardi au moment de la clôture européenne, modulo un léger repli de -0,1% du Dow, pénalisé par les assureurs santé, l’optimisme de Wall Street se confirmait avec +0,2% pour le S&P 500 et +0,45% pour le Nasdaq Composite, les opérateurs continuant à parier sur un redressement rapide de l’économie sous l’effet des stimuli budgétaire et d’un potentiel desserrement des contraintes sanitaires avec la vaccination.

Sur le front sanitaire toujours, plusieurs pays européens -Grande-Bretagne en tête- commencent à assouplir progressivement les restrictions, alors que les nouvelles mesures entrées en vigueur en France conduisent le gouvernement à réviser à la baisse ses prévisions de croissance en 2021, à 5% contre 6% auparavant.

Du côté des valeurs, le titre Air France-KLM a finalement gagné 1,6% au terme d’une séance très volatile, à la suite du feu vert de la Commission européenne à une recapitalisation par l’Etat français jusqu’à 4 milliards d’euros pour Air France, mise à terre par la pandémie et l’effondrement du trafic passagers. L’Etat français sera ainsi autorisé à monter, plus ou moins momentanément, à près de 30% du capital.

Solide tout au long de la journée, Pernod Ricard n’a cessé d’accélérer pour finir en tête du CAC 40 à +3,2%, devançant L’Oréal (+2,25%), ArcelorMittal (+1,8%), Publicis (+1,7%) et Bouygues (+1,5%). Sans véritable tendance sectorielle donc.

Egalement à noter, le nouveau sommet atteint par LVMH (+0,9%) à plus de 290 milliards d’euros de valorisation.

L’inévitable feuilleton Suez-Veolia s’est poursuivi, le premier annonçant avoir signé un accord pour céder à l’australien Cleanaway son activité “recyclage et valorisation” dans le pays, pour un montant de 1,6 milliard d’euros. Cette cession reste néanmoins soumise au “résultat des négociations avec Veolia“, lequel tente de prendre le contrôle de son concurrent et s’opposait jusqu’ici à de telles ventes d’actifs. Ce dernier, qui avait appelé lundi au dialogue, a terminé inchangé, alors que la cession a amené +0,3% à Suez.

Atari lance une division blockchain

Sur le reste de la cote, plusieurs valeurs ont été fort recherchées à commencer par Atari dont le titre a bondi de 16,75% à l’annonce de la création d’une division blockchain pour renforcer l’écosystème autour de l’Atari Token. D’autres, comme Faurecia (+4,2%) et JCDecaux (+3%) ont profité de relèvements de recommandations.

Sur le segment biotechnologique, l’annonce par Pixium Vision de l’abandon du projet de fusion avec l’américain Second Sight -après que celui-ci a décidé de rompre unilatéralement le protocole d’accord conclu en janvier dernier- a plombé le titre (-8,6%). Le nantais Valneva a de son côté obtenu de premiers résultats encourageants pour son vaccin anti-Covid (développé avec le soutien du gouvernement britannique), mais terminé en léger recul après une séance plutôt porteuse. Enfin, Amoeba a pris 4,6% en annonçant une programme de plus de 200 essais en champ pour son biocide à travers le monde cette année.

Les cours pétroliers profitaient d’un vif regain d’appétit des investisseurs (au lendemain d’une forte baisse provoquée par la perspective d’une augmentation de la production de l’Opep+ dans les mois à venir). Le baril de Brent reprenait 3,23% à 64,16 dollars, quand le WTI rebondissait de 3,61% à 60,77 dollars.

Le marché étant moins demandeur de valeurs refuges, le billet vert perdait du terrain en fin de journée au bénéfice de l’euro (+0,26% à 1,1844 dollar).

Guillaume Bayre – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article