CAC 40 : Le rebond s'essouffle face aux craintes de retour de l'inflation

Mots-clefs : , , , , ,

(BFM Bourse) – Après avoir signé un début de mois tonitruant, le CAC 40 marque le pas alors que les investisseurs s’inquiètent d’une résurgence de l’inflation, notamment aux États-Unis, qui pourrait contraindre les banques centrales à resserrer leur politique monétaire plus tôt qu’escompté.

Le marché parisien a démarré la séance dans le rouge (-0,5%) en réaction aux “interrogations qui entourent la brusque remontée des taux souverains aux États-Unis (le 10 ans américain a dépassé la marque des 1.30% ce matin) mais aussi en Europe” observe John Plassard, directeur des investissements chez Mirabaud. Ce bond des rendements souverains alimente les craintes des investisseurs vis-à-vis d’un un retour de l’inflation, alors que des observateurs jugent le montant du plan de relance négocié au Congrès (1.900 milliards) disproportionné.

“Il faut frapper fort”, a toutefois insisté le président américain Joe Biden mardi, estimant que ce vaste stimulus budgétaire permettrait de créer “7 millions d’emplois cette année”. Les préoccupations des investisseurs ont cependant été renforcées par les chiffres un peu supérieurs aux attentes de l’inflation au Royaume-Uni en janvier (+0,7% sur un an, contre un consensus à +0,6%).

Dans ce contexte, l’attention du marché va désormais se reporter sur le compte rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale américaine attendu à 20h (heure de Paris), qui “pourrait donner un point de vue intéressant au sujet des craintes de forte hausse des prix” qui agitent actuellement les investisseurs” selon Michael Hewson, analyste en chef pour CMC Markets UK.

Les bonnes nouvelles s’accumulent en revanche sur le front sanitaire, où le rythme des nouvelles contaminations semble marquer le pas (-16% la semaine dernière à travers le monde, à 2,7 millions selon l’OMS).

Malgré son démarrage poussif, le CAC 40 est presque revenu à l’équilibre à la mi-journée, n’affichant qu’un repli limité à 0,06% à 5.783,28 points, dans un volume d’activité étoffé de plus de 1,2 milliards d’euros à ce stade.

Plombé par Gucci, Kering dévisse

Affecté par la contraction plus prononcée que prévu des revenus de sa marque phare Gucci, traditionnel moteur de la performance du groupe, Kering a dévoilé des résultats trimestriels et annuels décevants, sanctionnés par le marché (-7,4%, plus forte chute de l’indice phare). De l’autre côté du palmarès, Société Générale (+2,6%) profite de la renaissance du secteur bancaire provoqué par la remontée des taux souverains pour porter son rebond à 27% depuis son creux du 29 janvier dernier.

Parmi les autres publications du jour, Eramet a fait part d’une perte nette de 645 millions d’euros essentiellement liée à des dépréciations d’actifs, mais limite le recul de ses ventes (-3% à 3,55 milliards). Le métallurgiste s’attend par ailleurs à un rebond de son Ebitda en 2021, des perspectives vivement saluées par le marché (+15%). M6 prend également 11% en réaction à ses résultats annuels, la marge opérationnelle du groupe ayant atteint son plus haut niveau depuis 20 ans (+21,3%, +1,7 point sur un an). Si ses revenus se sont contractés (-12,5% à 1,27 milliard) sous l’effet du recul des recettes publicitaires, son résultat opérationnel courant a bien résisté (-4,9% à 270 millions). Les résultats de Nexans (+9%) et CNP Assurances (+3,1%) sont également bien accueillis.

Nouveau record pour le bitcoin

Après un début de journée hésitant, le marché pétrolier est reparti à la hausse, profitant de la vague de froid qui touche une partie des Etats-Unis dont le Texas, premier Etat producteur du pays. Vers 13h15, le baril de Brent avance de 1,53% à 64,32 dollars, au plus haut depuis 13 mois, tout comme celui de WTI (+1,20% à 60,77 dollars). Sur le Forex, la monnaie unique cède 0,36% face au billet vert à 1,2063 dollar.

Enfin, le bitcoin continue d’affoler les compteurs et a touché un nouveau sommet historique à plus de 51.500 dollars dans la matinée, après avoir franchi la veille le seuil des 50.000 dollars pour la première fois de son histoire.

Quentin Soubranne – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article