CAC 40 : Lentement mais sûrement, le CAC 40 poursuit son ascension

Mots-clefs : , , , ,

(BFM Bourse) – En signant une progression de 0,19% mercredi, la Bourse de Paris enregistre sa septième hausse en l’espace de neuf séances.

Le montant toujours assez limité des échanges (inférieurs à 2,8 milliards d’euros) démontre toujours un certain attentisme de la part des investisseurs, à la veille de l’annonce des nouvelles prévisions économiques que doit présenter la présidente de la Banque centrale européenne (BCE) Christine Lagarde ce jeudi. Néanmoins, le baromètre du marché parisien a réussi à engranger encore 0,19% en clôture à 6.563,45 points mercredi. Soit sa quatrième hausse d’affilée (et la septième en neuf séances).

Le segment technologique soutenait Wall Street au moment de la clôture européenne, avec de nouveaux gains pour les géants Amazon ou Microsoft – tandis que Clover Health Investments, la dernière coqueluche des forums de boursicoteurs, était le jouet d’une forte volatilité après son envolée de 86% la veille.

“Avec le regain constaté de l’inflation à la fois aux Etats-Unis (ce qui entraine une hausse de l’inflation importée) et en zone euro, on pourrait s’attendre à ce que la réunion de la BCE suscite un ajustement de politique monétaire. Il n’en est rien. La BCE, dont le Conseil des gouverneurs est dominé par des colombes (partisans d’une politique de soutien durable à l’économie), devrait annoncer un maintien en l’état des dispositifs existants” pronostique William Gerlach, Country manager France d’iBanFirst. Car la BCE devrait selon lui “confirmer que le rebond constaté de l’inflation sur les derniers mois n’est que transitoire”, ce qui devrait inciter l’institution à maintenir son soutien à l’économie inchangé.

Selon Arthur Jurus, chef économiste de Landoldt et Cie, l’institution devrait tout de même revoir en hausse sa perspective d’inflation globale, pour tenir compte de l’envolée des prix du pétrole.

L’inflation aux Etats-Unis très surveillée

En l’absence d’annonce majeure, Christine Lagarde pourrait même se faire voler la vedette par la publication, également ce jeudi, de l’indice des prix à la consommation aux Etats-Unis pour le mois de mai. Une nouvelle accélération des prix -après celle constatée en avril- mettrait de fait la pression sur la Fed, qui tiendra une réunion de politique monétaire la semaine prochaine et dont le message est pour l’heure aligné sur celui de la BCE: à savoir que le regain d’inflation n’est pas durable.

À Paris, Unibail a poursuivi son impressionnant rebond entamé la veille (+5,9%) avec un nouveau gain de 5,7% – sans actualité particulière. Le compartiment du luxe est resté bien orienté, à la suite de plusieurs relèvements d’objectifs (+0,9% pour Hermès, +0,3% pour L’Oréal, +0,35% pour Kering et +0,4% LVMH).

Dans l’autre sens, les valeurs financières étaient délaissées en raison du reflux des rendements souverains (-1,3% pour Crédit Agricole, -0,8% pour BNP Paribas, -0,5% pour Société Générale), Axa signant la plus mauvaise performance (-1,9%) de l’indice.

Danone a lâché 0,9% après les propos de son ex-PDG Emmanuel Faber qui estime que le conseil d’administration du groupe s’est “compromis” avec les fonds activistes.

L’augmentation de capital convaincante de Compagnie des Alpes

Sur le reste de la cote, Verallia a flanché de 4,5% sous l’effet de la cession par Horizon Investment Holdings d’un bloc d’environ 8,9% du capital. L’entreprise a profité de l’opération pour racheter 1,3% de son propre capital, à un prix unitaire de 30,9 euros sur lequel s’est aligné le cours.

Conformément aux priorités stratégiques dévoilées fin mai, Compagnie des Alpes a lancé son augmentation de capital de 231 millions d’euros afin de retrouver une capacité d’investissement après les dégâts financiers provoqués par la crise sanitaire. L’opérateur de domaines skiables ainsi que de parcs à thèmes (Astérix, Walibi) a gagné 3%.

Au chapitre énergétique, les deux contrats de référence sur le pétrole brut évoluaient en léger repli en fin de journée. Le baril de Brent perdait 0,14% à 72,12 dollars quand celui de WTI fléchissait de 0,34% à 69,81 dollars. Sur le marché des changes, la monnaie unique récupérait pratiquement ce qu’elle a perdu la veille face au billet vert (+0,11% à 1,2186 dollar).

Guillaume Bayre – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article