CAC 40 : Les inquiétudes sur la reprise de l’économie chinoise font refluer le CAC 40

Mots-clefs : , , , , ,

(BFM Bourse) – Le CAC rechute de 1% lundi à la mi-journée, après avoir eu son record absolu à portée de main vendredi dernier, sous l’effet d’indicateurs chinois en-deçà des attentes et de la propagation toujours préoccupante du variant Delta.

Brièvement revenu au-dessus des 6.900 points -pour la première fois depuis septembre 2000, en fin de semaine dernière au terme d’un rallye impressionnant (16 hausses sur les 19 dernières séances), le CAC 40 fait marche arrière ce lundi. “Malgré de nouveaux records pour le S&P 500 et le Nasdaq, les investisseurs sont de plus en plus inquiets concernant l’évolution de la croissance chinoise après la publication d’un ralentissement plus important que prévu de la production industrielle et des ventes au détail (en Chine)”, observe John Plassard, directeur des investissements chez Mirabaud. Lesté par cette série d’indicateurs décevants, le CAC 40 rétrocède 1,10% à 6.820 points peu après 12h20, toujours dans un volume de transactions réduit (à 600 millions d’euros) en plein creux estival.

Les investisseurs semblent clairement perturbés par la “faiblesse des dernières données économiques de la Chine dans un contexte d’inquiétudes quant à la reprise”, estime Michael Hewson, analyste chez CMC Markets UK. Principal indicateur de la consommation, les ventes de détail en Chine ont connu en juillet leur plus faible progression (+8,5%) depuis le début de l’année, un ralentissement plus important que les prévisions des analystes (+11,5%). La production industrielle s’est de son côté affichée en juillet en hausse de 6,4% sur un an, une croissance inférieure au consensus qui ressortait à +7,8%, après une hausse de 8,3% en juin

“Tous les yeux sont aussi rivés vers la publication des minutes de la Fed ce mercredi où on pourrait en apprendre un plus sur les intentions de l’institution monétaire américaine” avance John Plassard – bien que les derniers chiffres sur l’inflation pour le mois de juillet (publiés mercredi dernier) ont donné plus de latitude à la banque centrale sur la conduite de sa politique monétaire, accréditant son scénario d’un pic transitoire.

Faurecia flambe après le rachat de Hella

Les titres les plus exposés à la Chine subissent les replis les plus conséquents à Paris ce lundi matin, valeurs du luxe en tête. Après avoir frôlé la barre des 100 milliards d’euros de capitalisation boursière vendredi, Kering rend ainsi 3% à 12h15 (-1,7% pour LVMH, -1% pour Hermès). TotalEnergies pâtit (-1,8%) pour sa part du recul des cours du brut, lui aussi imputable aux données chinoises.

Hors de l’indice phare, Faurecia décolle de 8,6% après avoir annoncé l’acquisition de 60% du capital de l’équipementier allemand Hella, opération structurante puisque la cible est valorisée près de 7 milliards d’euros. Eurofins gagne de son côté 1,7% après avoir étendu son réseau de centres de dépistage du Covid-19 pour atteindre 175 centres en France. Dans l’autre sens, SMCP lâche 4% et Maisons du Monde 3%.

Au chapitre énergétique, le repli atteint 1,4% pour le baril de Brent vers 12h20, qui retombe ainsi sous les 70 dollars (à 69,6 dollars). Le cours du baril de WTI s’effrite dans les mêmes proportions (-1,5% à 67,1 euros). Sur le Forex, la monnaie unique rétrocède 0,15% à son rebond de vendredi (+0,57%), à 1,1781 dollar.

Quentin Soubranne – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article