CAC 40 : Morne séance et léger repli pour le CAC 40 en ce début de semaine

Mots-clefs : , , , , , ,

(BFM Bourse) – Seul fait marquant du jour: le CAC a franchi, en début de matinée, un jalon plus atteint depuis octobre 2008, à savoir le seuil des 6.400 points. Pour le reste, la séance a brillé par son manque d’animation, les investisseurs continuant de s’interroger sur l’inflation et la vigueur de la reprise économique.

Au sortir d’une performance hebdomadaire quasi neutre (-0,01%), grâce au net rebond provoqué vendredi (+1,54%) par les propos rassurants des banquiers centraux sur l’inflation, le marché parisien a brièvement tenté de poursuivre sur sa lancée à l’ouverture, avant de basculer en territoire négatif vers 9h20 pour ne plus en sortir. Le CAC 40 boucle ainsi une séance particulièrement peu animée (2,5 milliards d’euros échangés) sur un léger recul de 0,26% à 6.367,25 points.

Le baromètre du marché parisien a néanmoins symboliquement franchi le seuil des 6.400 points dans les premiers échanges, du jamais-vu depuis le 8 novembre 2000 (approchant ainsi à moins de 8,5% de son record historique, datant de septembre de la même année).

Faute de nouveau catalyseur alors que la saison des résultats touche à sa fin et en l’absence d’actualité macroéconomique majeure, le soufflet est toutefois vite retombé. D’autant que le marché parisien n’a pu compter, cette fois, sur le soutien de Wall Street où les principaux indices évoluaient en baisse dans la matinée (-0,5% pour le Dow Jones et le S&P, -0,9% pour le Nasdaq) après leur rebond de vendredi.

Parmi les rares indicateurs publiés ce lundi, la progression supérieure aux attentes de +9,8% la production industrielle chinoise en avril a été en quelque sorte compensée par une augmentation moins forte que prévu des ventes aux détail (+17,7% tout de même), n’apportant pas de réel éclairage vis-à-vis du sujet phare du moment, le retour d’une certaine inflation.

Au sein du CAC 40, Sanofi a finalement engrangé 1,1% alors que le groupe français et son partenaire GSK vont passer à la dernière phase d’essais cliniques pour leur projet de vaccin anti-Covid au vu des résultats positifs (mais pas exceptionnels) de la phase 2. Derrière Stellantis (+1,6%) dopé par la perspective d’un partenariat avec Foxconn, les valeurs défensives, en tous cas alimentaires, ont été recherchées à l’image de Carrefour (+1,4%) et Danone (+1,3%).

À l’inverse, Airbus (-2,7%) fermait la marche, non loin derrière Veolia (-2,3%), qui a indiqué prévoir lancer son OPA désormais amicale sur Suez fin 2021, et Safran (-2,1%).

Les notes d’analystes du jour ont suscité quelques mouvements, à l’image du léger rebond de 0,5% d’Ubisoft alors que Kepler Cheuvreux relève son avis (peu après Midcap Partners).

En queue de comète des résultats trimestriels, MND (-2,1%) et Touax (-3,5%) ont subi des dégagements notables, ce dernier ayant été freiné par la pénurie de conteneurs au cours du premier trimestre.

Sur le front pétrolier, les cours des principales références de brut rebondissaient de nouveau, sur fond d’espoirs de reprise suscités par la réouverture progressive en Europe. Vers 18h15, le contrat à terme sur le baril de Brent, livraison juillet gagnait ainsi 1,09% à 69,46 dollars et celui de WTI progressait de 1,36% à 66,25 dollars. Le calme régnait en revanche sur le marché des changes, avec une progression à la marge de l’euro (+0,07%) à 1,2155 dollar.

Enfin, le Bitcoin lâchait de nouveau du lest et s’échange à moins de 43.000 dollars après qu’Elon Musk a retiré le tapis sous les pieds de la principale cryptomonnaie en déclarant que Tesla n’en ferait finalement pas usage, citant un mauvais bilan carbone.

Quentin Soubranne – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article