CAC 40 : Tiré par de solides résultats trimestriels, le CAC finit d'effacer le repli de mardi

Mots-clefs : , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Enthousiasmé par les publications du jour, le marché parisien poursuit son rebond entamé la veille et revient à proximité de son sommet annuel, alors que les investisseurs ont également été rassurés par la décision de la BCE de conserver un biais clairement accommodant.

À l’exigence d’un marché qui n’hésite pas à sanctionner les publications qu’il juge décevantes, les fleurons de la cote tricolore répondent par des résultats trimestriels particulièrement convaincants, à commencer par le compartiment du luxe dont l’activité est ressorti à un niveau exceptionnel sur les trois premiers mois de l’année. Au lendemain d’un rebond de 0,7% consécutif à la plus grosse chute annuelle du CAC (-2,09% mardi), l’indice vedette reprend 0,91% supplémentaires à 6.267,28 points, à moins de 30 points de son sommet annuel (et depuis novembre 2000) atteint lundi en clôture.

En repli dans la matinée dans l’attente de la décision de la BCE sur sa politique monétaire, le volume de transactions s’est légèrement étoffé dans l’après-midi pour s’établir à 3,2 milliards d’euros. C’est le soulagement qui a dominé après que l’autorité monétaire européenne a, comme attendu, confirmé ses mesures de soutien monétaire à l’économie alors que tarde le rebond espéré de l’activité. La présidente de l’institution Christine Lagarde a notamment jugé jeudi “prématuré” de débattre d’une fin progressive du programme monétaire d’urgence (PEPP) contre la pandémie. Pessimiste sur les perspectives économiques à court terme, Christine Lagarde mise néanmoins sur “un rebond ferme de l’activité” dans l’année grâce aux vaccinations.

Wall Street dans le rouge

Malgré des inscriptions au chômage à un plancher (547.000 selon les statistiques du département du Travail) depuis le début de la crise aux États-Unis, Wall Street a ouvert en baisse ce jeudi. “Les actions se négocient à la baisse à la suite de leur rebond de la veille, les marchés continuant de se débattre entre l’optimisme d’une forte croissance en 2021 et ce qu’implique l’augmentation des cas de Covid-19 dans certaines régions du monde”, jugeaient les analystes de Schwab. Vers 18h10, les indices new-yorkais sont toutefois revenus autour de l’équilibre, consolidant proche de leur sommet historique. Le Dow cède toujours 0,2%, le S&P est stable et le Nasdaq reprend 0,1%

La cote parisienne animée par de nombreuses publications

Porté par une demande exceptionnelle en Asie -hors Japon- où les ventes ont presque doublé sur la période, Hermès a vu son chiffre d’affaires bondir de 44% à changes constants au cours du premier trimestre, pour atteindre 2,08 milliards d’euros. Le titre gagne 2,1% et atteint un sommet historique en clôture, à plus de 110 milliards de valorisation, permettant au sellier de grimper sur le podium des plus grandes capitalisations françaises pour la première fois de son histoire. Dans son sillage, LVMH s’adjuge 1,2% et boucle également la séance à un pic historique, tandis que Kering a souffert de la comparaison (-1%).

Pernod Ricard prend 1,3% après avoir fait état d’une hausse de 19% de son chiffre d’affaires au cours de ce qui correspond à son troisième trimestre (exercice décalé) à 1,955 milliard d’euros, après deux trimestres de repli. La meilleure performance de l’indice vedette revient néanmoins à Worldilne, dont le titre décolle de 6,2% après que plusieurs analystes ont confirmé leur vision positive sur le dossier en réaction à la publication trimestrielle de la société la veille.

Hors de l’indice phare, le groupe de conseil en systèmes d’information Aubay bondit de 4,3% après une hausse de 4% de ses facturations sur le premier trimestre, alors qu’il budgétait un léger recul sur la période.

Edenred a également fait mieux que prévu au premier trimestre, son chiffre d’affaires ayant progressé de 3,6% en données comparables à 383 millions d’euros, renouant avec la croissance organique dans toutes les régions où le spécialiste des tickets restaurant est présent. Le titre avance de 3,4%.

Inversement, la détérioration de la visibilité sur les ventes de Renault (avec la pénurie de pièces électroniques notamment) au terme d’un cinquième trimestre consécutif de repli du chiffre d’affaires entraîne une légère correction (-1,3%) du titre du constructeur. Alors que la pandémie due au coronavirus pesé sur ses résultats au premier trimestre, marqués en outre par une nouvelle baisse prononcée de son chiffre d’affaires en Espagne, Orange perd 1,6%.

Accor, désormais hors du CAC 40, termine proche de l’équilibre (-0,2%) au vu d’une baisse de 53% en données publiées (-48% en données comparables) de ses revenus par rapport à la même période il y a un an.

Dans le reste de l’actualité, Valneva cède 0,4% malgré l’annonce du début de la phase finale des essais sur son vaccin contre la Covid-19. Le candidat conçu par le groupe nantais sera comparé au vaccin d’AstraZeneca, sur un échantillon de 4000 patients environ.

Le pétrole rebondit après la BCE

Au chapitre énergétique, les cours des principales références de brut ont continué à reculer dans la matinée après l’annonce par l’Energy Information Administration (EIA, l’agence chargée des statistiques au sein du ministère de l’Énergie des États-Unis) d’une -petite- hausse de 600.000 barils du niveau des stocks stratégiques la semaine dernière. Ils ont néanmoins renversé la tendance après que la BCE a annoncé que les mesures de relance seraient maintenues. À 18h25, le baril de Brent reprend 0,32% à 65,56 dollars et le WTI 0,34% à 61,56 dollars.

Cherchant depuis trois jours à s’émanciper de la barre des 1,20 dollar, la monnaie unique revient à proximité de ce seuil (-0,17% à 1,2016 dollar) après s’être apprécié dans la matinée, pénalisée par la politique accommodante de la BCE . Quant au Bitcoin, il se stabilise autour de 55.000 dollars.

Quentin Soubranne – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article