Covid-19 et arrêt de travail: qui est éligible?

Mots-clefs : , , , , ,

Les personnes ayant contracté le Covid-19 sont tenues de s’isoler et peuvent donc demander un arrêt de travail, qu’elles soient vaccinées ou pas.

Les cas contact du variant Omicron

Pour les cas contact, la situation diffère selon le variant et la possibilité ou pas de télétravailler. En cas d’exposition à Omicron, toutes les personnes, vaccinées ou non, qui sont dans l’impossibilité de télétravailler peuvent bénéficier d’un arrêt de travail et toucher des indemnités journalières. “L’arrêt est d’une durée de 7 jours à partir de la date de notification du cas contact. Si les résultats du test ne sont pas connus à la fin de l’arrêt initial, il est possible de demander une prolongation de l’arrêt dans la limite de 7 jours supplémentaires”, précise l’Assurance maladie. La demande se fait en ligne, sur le site ameli.fr.

En revanche, ceux qui peuvent télétravailler n’y ont pas droit. Avec une exception toutefois pour les parents d’enfants en bas âge qui ne peuvent concilier activité professionnelle et garde d’enfants. “Dans ce cas là, le recours à l’arrêt de travail se fait au cas par cas, dans un dialogue avec l’employeur. Le salarié peut demander directement à son employeur un arrêt de travail si la garde de son enfant l’empêche de poursuivre son activité normalement”, explique le ministère du Travail.

Les cas contact des autres variants non vaccinés

Autre cas de figure, vous avez été exposé à un autre variant qu’Omicron. Ici, la situation diffère selon votre schéma vaccinal. Les personnes vaccinées et non immunodéprimées ne sont plus tenues de s’isoler depuis le 27 juillet 2021 et ne peuvent pas être prises en charge par l’Assurance maladie. Les personnes non vaccinées doivent, elles, s’isoler, et bénéficient donc d’un arrêt de travail dérogatoire. Selon Santé publique France, 1,2 cas contact ont été identifiés en moyenne par cas confirmé pour la semaine 50, soit du lundi 13 décembre au dimanche 19 décembre. Or, l’outil de suivi de Santé publique France Géodes comptait 372.293 cas positifs par semaine pour cette même semaine, soit celle du 13 au 19 décembre. Ce qui fait 446.751 cas contact pour cette semaine. Pour la semaine 51, soit du 20 au 26 décembre, l’outil Géodes comptait 511 309 contaminations hebdomadaires. La moyenne de cas contact par cas confirmé n’a, en revanche, pas encore été diffusée par Santé publique France pour cette semaine.

Parents d’un enfant positif au Covid-19

Qu’en est-il des parents d’enfants positifs ou cas contact? Si votre enfant a contracté le Covid-19 et que votre poste n’est pas télétravaillable, vous pouvez bénéficier d’un arrêt de travail et d’indemnités journalières. L’indemnisation est ouverte à un seul des deux parents et est d’une durée de 7 jours, précise l’Assurance maladie. Ici encore, si votre poste permet de travailler à distance mais que votre enfant est en bas âge, vous pouvez, dans un dialogue avec l’employeur, demander un arrêt. C’est ce qui avait été mis en place en avril dernier pendant le troisième confinement, lorsque l’ensemble des établissements scolaires avaient fermé.

Parent d’un enfant dont la classe est fermée

Quant aux parents d’enfants dont la classe a été fermée mais qui n’a pas le Covid-19, ils ne bénéficient pas d’un arrêt de travail mais de l’activité partielle. À condition, encore, que son poste ne soit pas télétravaillable ou qu’il soit dans l’impossibilité de travailler à distance parce que son enfant est en bas âge. Pour rappel, depuis le 29 novembre, une classe du primaire ne ferme plus systématiquement dès le premier cas de Covid-19. Si un enfant est positif, il s’isole dix jours et ses camarades doivent faire un test. Les élèves négatifs peuvent revenir en classe.

C’est désormais à partir de trois cas confirmés au sein d’une même classe que l’école ferme2.970 classes étaient fermées le vendredi 17 décembre d’après le dernier bilan de l’Éducation nationale. Hier, jeudi, le directeur de cabinet de Jean-Michel Blanquer s’est entretenu avec les syndicats au sujet du protocole sanitaire qui s’appliquera à la rentrée scolaire.

Partager cet article