L’après-covid sera dur à négocier pour Eurofins Scientific qui chute en bourse

Société star de la période Covid, Eurofins Scientific a réduit ses prévisions pour l’année en cours après avoir publié des comptes 2022 en forte baisse.

La saison des résultats annuels touche bientôt à sa fin pour les entreprises du CAC 40. Si une majorité des pensionnaires de l’indice vedette parisien ont réussi leur rendez-vous avec le marché, c’est très loin d’être le cas pour Eurofins Scientific.

Grand gagnant de la pandémie de Covid-19 en 2021, le leader mondial des tests de produits alimentaires, environnementaux, pharmaceutiques et cosmétique a déçu l’an passé. Ses résultats 2022 sont clairement en dessous de ses prévisions et des attentes des analystes, pénalisés par la baisse des tests Covid et les effets de l’inflation sur sa rentabilité. Et pour 2023, Eurofins Scientific table sur une légère contraction de ses revenus.

Le titre est chahuté mercredi en réaction à ses résultats annuels et l’annonce de perspectives décevantes. Parmi les plus mauvaises performances de l’ensemble de la cote tricolore vers 11h20, l’action Eurofins Scientific lâche près de 11%, sous les 60 euros, accusant sa plus forte chute depuis son intégration au sein du CAC 40 en septembre 2021.

Un repli des ventes issues des tests Covid

En 2022, le géant français des laboratoires d’analyses médicales a en effet enregistré des ventes stables par rapport à 2021. Elles se sont affichées à 6,712 milliards d’euros contre 6,718 millions d’euros en 2021. Ce niveau de chiffre d’affaires est en ligne avec les prévisions du groupe et « globalement conforme » au consensus, explique Jefferies dans sa note du jour.

La performance annuelle du groupe a été marquée par un repli des ventes de tests et autres produits liés à la pandémie de Covid-19. Les revenus issus de ces produits sont ressortis à 600 millions d’euros en 2022 contre 1,4 milliard d’euros en 2021, exercice record pour la société.

Le groupe a pu toutefois compter sur le dynamisme de ses activités « core business », c’est-à-dire les revenus excluant les tests cliniques et réactifs liés au Covid-19. Ils ont enregistré une croissance organique de 5,8% en 2022. C’est légèrement au-dessus du consensus cité par Jefferies (+5,7%) mais en ligne avec les anticipations du bureau d’études (+5,8%).

L’excédent brut d’exploitation ajusté (Ebitda ajusté) s’est contracté à 1,51 milliard d’euros en 2022, contre 1,90 milliard d’euros en 2021. Le taux de marge correspondante a également souffert passant à 22,5% contre 28,3% un an auparavant. Sur ce point, Eurofins Scientific a déçu le marché. Le niveau d’Ebitda ajusté s’avère 6% inférieur au consensus. Quant à la marge, les attentes citées par Jefferies étaient logées à 23,8%.

La rentabilité du géant français des tests et diagnostics a été malmenée par des taux de remboursement moins généreux pour les tests Covid.

Eurofins Scientific attribue également cette baisse de la rentabilité à un épisode de grève ayant touché les laboratoires d’analyses médicales en fin d’année 2022 mais aussi à des difficultés dans la division des tests alimentaires en raison des perturbations liées à la guerre en Ukraine.

Le résultat net ajusté de la société a, lui, chuté de plus d’un tiers pour atterrir à 683 millions d’euros, là ou les profits ajustés dépassaient le milliard d’euros en 2021 à 1,04 milliard d’euros.

Des prévisions 2023 également décevantes

En marge de la publication de son point d’activité à 9 mois, Eurofins Scientific avait prévenu les investisseurs qu’il allait ajuster ses prévisions pour les exercice 2023 et 2024. Le groupe attendait de jauger « les impacts potentiels de la guerre en Ukraine, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement, la vente de tests pour le Covid-19, l’inflation et les taux de change » pour donner au marché une feuille de route claire.

Compte tenu de ces multiples vents contraires auxquels Eurofins Scientific est confronté, la direction de la société anticipe pour 2023, un chiffre d’affaires compris entre 6,6 milliards et 6,7 milliards d’euros et sur un excédent brut d’exploitation (Ebitda) ajusté situé entre 1,35 milliard et 1,40 milliard d’euros.

Les prévisions mises à jour par Eurofins Scientific mettent en avant une légère contraction du chiffre d’affaires par rapport à 2022 tandis que du côté de l’Ebitda ajusté, la déception est aussi palpable. La direction tablait encore il y a un an, sur un Ebitda de 1,58 milliard d’euros pour l’année en cours. Sur la base de ce point médian, la marge ressortirait à 20,3 % précise Jefferies (contre 1,57 milliard d’euros et 23,2 % de marge, attendu auparavant par le consensus).

Pour 2024, la société n’a pas communiqué la moindre prévision préférant se projeter à 2027. A cet horizon, Eurofins Scientific prévoit de réaliser 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires et une marge d’Ebitda ajusté de 24%.

La société explique que l’atteinte de cet objectif de marge sera tributaire de l’état de santé du marché de l’industrie agroalimentaire et de la capacité de la société à répercuter la hausse des coûts sur ses clients. Cet objectif de marge dépendra également de la vitesse à laquelle seront réalisées « des initiatives en matière d’innovation, de productivité, de numérisation et d’automatisation » , explique son le président-directeur général, Gilles Martin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Veuillez entrez votre commentaire
Veuillez entrer votre nom