Les 100 plus grosses entreprises ont gagné plus de 10.000 milliards de valorisation depuis mars 2020

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – D’après la dernière édition de l’étude du cabinet d’audit PwC, la capitalisation boursière des 100 premières entreprises mondiales a atteint 31.700 milliards fin mars 2021, contre 21.500 milliards un an plus tôt. Une progression notamment menée par les Etats-Unis puisque les GAFAM pèsent à eux seuls près d’un quart de l’ensemble.

Depuis le krach observé en début d’année 2020, les marchés mondiaux ont non seulement regagné le terrain qu’ils avaient perdu, mais également crevé de nouveaux plafonds sur leur lancée, soutenus par les espoirs de reprise économique et le soutien à toute épreuve, tant des gouvernements que des banques centrales. Les indices mondiaux ont également été tractés par les plus grands groupes cotés, qui évoluent tous à (ou près de) leur plus haut historique.

C’est ce que révèle la dernière édition de l’étude Global Top 100 Companies, réalisée par le cabinet de conseil et d’audit PwC. Celle-ci souligne que si tous les secteurs représentés dans le top 100 ont connu une augmentation significative de leur capitalisation boursière au cours de l’année, le secteur de la technologie a été le plus performant avec un bond de 71% de sa capitalisation totale entre fin mars 2020 et 2021.

La capitalisation boursière des 100 premières entreprises mondiales a ainsi atteint 31.700 milliards de dollars au 31 mars 2021, un record, contre 21.500 milliards de dollars un an plus tôt (soit +48% sur la période. Cette hausse atteint même 56% à la clôture de jeudi 10 juin, selon les données compilées par le site spécialisé CompaniesMarket (33.583 milliards). Les GAFAM pèsent à eux cinq -Apple, Microsoft, Amazon, Google et Facebook, par valorisation décroissante- 24,8% du total.

Associé spécialiste des marchés de capitaux chez PwC France et Maghreb, Philippe Kubisa précise qu'”au-delà de l’impact causé par l’épidémie, la capitalisation boursière des 100 premières entreprises mondiales a augmenté de 51% entre mars 2019 et mars 2021, ce qui est remarquable, l’indice MSCI World n’ayant augmenté “que” de 33%” sur la même période. “Cette croissance est menée par les États-Unis qui, par rapport à l’Europe notamment, profitent de la progression de ses grandes valeurs technologiques. La France perd deux sociétés mais voit ses deux champions du luxe (LVMH et l’Oréal) gagner des places dans ce classement mondial” ajoute-t-il.

À la clôture de ce jeudi 10 janvier, quatre groupes cotés tricolores -tous du luxe- figurent néanmoins dans ce top 100 des groupes les mieux valorisés au monde, toujours selon CompaniesMarketCap. LVMH et L’Oréal -qui ont encore grappillé quelques places depuis fin mars pour se classer désormais respectivement 18e et 32e- ont en effet été rejoints par Hermès (91e) et… Christian Dior (94e), un effet purement mécanique pour ce dernier en tant que holding détenant 41,25 % du capital de LVMH

Au 31 mars dernier, les États-Unis dominaient outrageusement ce palmarès avec 59 groupes dans le top 100, qui pesaient collectivement 65% de la capitalisation mondiale, contre 61% un an plus tôt. La Chine (et ses régions, parmi lesquelles Taïwan) arrive loin derrière avec 15 groupes et 13,2% de la capitalisation. Avec son seul représentant Saudi Aramco (1.888 milliards), l’Arabie Saoudite complète le podium des pays qui contribuent le plus à la valorisation totale des 100 plus grands groupes cotés. Aucun autre pays ne place plus de trois groupes dans ce classement.

PwC recense 12 sorties du top 100 -parmi lesquelles plusieurs sociétés pharmaceutiques (Sanofi, GSK, Gilead) et pétrolières (Total, BP, PetroChina)- pour 8 nouveaux entrants (dont Lowe’s, Qualcomm et Sony) pour 5 retours (Siemens, Boeing, Volkswagen, Softbank) et un retrait de la cote, celui de l’opérateur de télécoms NTT Docomo après son rachat par sa maison-mère NTT.

Quentin Soubranne – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article