Les interrogations relatives à l’inflation ont profité à l’once d’or, qui a repris plus de 3% en juillet

Mots-clefs : , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Fait rare en 2021, le précieux métal jaune a surperformé le CAC 40 sur le mois de juillet, profitant des débats sur le caractère persistant ou transitoire de l’inflation et des craintes liées au variant Delta pour revenir proche de l’équilibre (en euros) depuis le début de l’année

Favorisé en 2020 (+13%, en euros) par un environnement économique des plus incertains déclenché par la pandémie mondiale, ce qui avait soutenu les valeurs refuge, l’or a connu un début d’année maussade, les investisseurs privilégiant les marchés actions dans un contexte plus porteur pour les entreprises. Après avoir franchi les 2.000 dollars l’once (“Troy”, de 31,1 grammes) pour la première fois de son histoire en juillet 2020, l’or noir a depuis perdu de sa superbe victime de l’enthousiasme des opérateurs vis-à-vis de la vigueur économique. En recul de plus de 6% (en dollars) sur les six premiers mois de 2021, le cours du précieux métal jaune a néanmoins entrepris un rebond lors du mois écoulé.

Le 30 juillet, à Londres, l’once d’or cotait 1.825,75 dollars, en progression de 3,55% sur le mois. En euros, avec un cours de 1.536,92 euros, le métal jaune s’est apprécié de 3,46% en juillet. “Cette hausse significative compense en grande partie la forte correction de juin (-4,89% en euros) et, depuis le début de l’année, la performance en euros du cours de l’or s’établit à -0,19%, soit un niveau proche de l’équilibre” relève Laurent Schwartz, le directeur du Comptoir national de l’or.

Sur le mois de juillet, l’or fait mieux que le CAC 40, qui ne s’est apprécié que de 1,61%. “Un décalage logique” selon l’expert qui pointe notamment “les inquiétudes sur l’inflation, le variant delta et les nouvelles règlementations chinoises qui ont perturbé les marchés“. Sur 2021 néanmoins, l’indice parisien surperforme très largement l’once d’or, portant son avance à plus de 22% depuis le 1er janvier ce vendredi 6 août.

Et à l’heure où le variant delta se propage rapidement et contraint plusieurs pays, notamment asiatiques, à imposer de nouvelles restrictions, comment se comporterait le métal jaune si la situation devient de nouveau hors de contrôle? C’est la question à laquelle a tenté de répondre le World Gold Council et Oxford Economics dans leur dernière note de conjoncture. Et selon des analyses quantitatives basées sur des simulations historiques, la valorisation de l’or augmenterait de 11,5% en 2021 en cas d’impact important des nouveaux variants. À l’inverse, le cours de l’once ne progresserait que de 1% sur l’année si le scénario dominant était celui d’un boom de la consommation, conclut le rapport. “Si les auteurs insistent, à raison, pour ne pas considérer ces chiffres comme des prévisions, cette analyse met en lumière le caractère défensif du métal jaune” selon Laurent Schwartz.

L’expert revient par ailleurs sur le débat qui a agité les investisseurs tout au long du mois de juillet, à savoir l’inflation et son caractère transitoire ou non. Alimenté par plusieurs chiffres préoccupants, ou a minima inhabituels, la hausse des prix ayant atteint hors énergie et alimentation son niveau le plus élevé depuis 1991 aux Etats-Unis notamment, ces interrogations ont pesé sur les marchés. Et “ces hausses de prix, qualifiées de temporaires par les autorités, commencent à durer…” constate-t-il. “Conséquence directe : les taux d’intérêts réels (taux 10 ans gouvernementaux – taux d’inflation) sont revenus à leur plus bas historique aux Etats-Unis (-1,15%) et ont plongé en zone euro (-2%)”. Or, les taux réels et le cours de l’or évoluent généralement en sens inverse rappelle-t-il. Avec des taux réels inférieurs aux niveaux de l’été 2020, lorsque le cours de l’or battait des records, Laurent Schwartz juge donc “surprenant que le métal jaune n’en profite pas davantage”.

Depuis la fin du mois de juillet, l’once d’or et néanmoins repartie légèrement à la baisse, se négociant ce vendredi autour de 1.760 dollars vers 16h45.

Quentin Soubranne – ©2021 BFM Bourse

Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article