UBISOFT ENTERTAIN : Pourquoi Saxo Bank mise sur l'industrie du jeu vidéo en Bourse

Mots-clefs : , , , , , , , ,

(BFM Bourse) – Aidé par la crise sanitaire qui a contraint des milliards de personnes à rester chez soi, le secteur des jeux vidéo a connu une année 2020 exceptionnelle, et reste une thématique porteuse à l’avenir selon les experts de Saxo Bank.

L’industrie du jeu vidéo, qui a fortement bénéficié des mesures de confinement liées à la pandémie de coronavirus, possède des atouts pour offrir de la performance sur le long terme, dit-on chez Saxo Bank.

Pour illustre ce potentiel, la banque danoise vient de lancer une liste thématique de 30 valeurs du secteur, baptisée Saxo Gaming, sur laquelle figurent des noms bien connus des joueurs comme le japonais Nintendo, les américains Activision Blizzard et Electronic Arts ou encore le français Ubisoft. On y retrouve également l’éditeur polonais de jeux vidéo CD Projekt qui a récemment fait parler de lui pour l’échec cuisant de son blockbuster CyberPunk 2077.

L’exposition au secteur peut également “être obtenue par l’intermédiaire des fabricants de cartes graphiques, du streaming, ou encore des développeurs de jeux” précise l’auteur de la note, le directeur de la stratégie actions de Saxo Peter Garnry, qui inclut dans sa liste des valeurs comme les géants Tencent et Nvidia, des éditeurs de jeux en ligne (Sea Ltd., NetEase, Zyga, etc.) ou encore le groupe chinois de streaming d’e-sport Bilibili.

Une industrie très rentable

Porté par une demande exceptionnelle en 2020, ces entreprises ont enregistré une progression moyenne de près de 37% de leur chiffre d’affaires sur l’année écoulée. La croissance de leur Ebitda combiné a atteint 59% sur l’année et les analystes sont optimistes, avec un objectif de cours moyen de 16% au-dessus du prix actuel. En outre, “tandis que d’autres industries à forte croissance, comme le e-commerce, dont les marges sont faibles, ont des difficultés à générer d’importants flux de trésorerie, l’industrie du gaming est rentable”, souligne Peter Garnry. “Les besoins d’investissement en capital sont faibles et les revenus peuvent facilement être augmentés en raison de la nature numérique du secteur” peut-on encore lire dans la note.

La rentabilité du secteur a d’ailleurs eu comme effet d’attirer les GAFAM sur ce terrain de jeu (Microsoft évidemment, mais aussi Apple, Amazon et Alphabet). La concurrence risque donc de s’intensifier mais “il en sera de même pour le revenu global du marché et les analystes restent très positifs quant aux 30 entreprises de notre liste” indique l’expert, qui précise qu’elle ne doit pas être considérée comme une recommandation d’investissement. Et si les performances passées ne présagent en rien des performances futures, cette liste affiche un “track-record” spectaculaire (+101% en 2020, +772% sur les 5 dernières années).

Pour le PDG de Netflix, la plus grande menace n’est pas Disney mais Fortnite

L’annulation des événements sportifs et la fermeture des espaces de loisirs, causées par la pandémie, ont de fait “changé les règles pour le secteur du jeu vidéo” selon l’expert, qui souligne que “d’après les chiffres sur la consommation des jeux vidéo, les adultes américains passeraient environ 1 heure par jour à socialiser virtuellement en jouant”. La diffusion en streaming du e-sport (notamment via des plateformes comme Twitch) gagne également en popularité. Pour preuve, en 2019 le PDG de Netflix affirmait (déjà) que la menace principale pour l’entreprise n’était pas Disney ou HBO, mais Fortnite, un des jeux les plus populaire du monde.

Porté par la popularité des smartphones ainsi que par l’évolution des habitudes en matière de divertissement et de sociabilisation, le secteur devrait aussi bénéficier des progrès de la réalité virtuelle et de l’intelligence artificielle et les projections annoncent qu’en 2021, 2,7 milliards de personnes joueront à des jeux vidéo, toutes plates-formes confondues, selon Saxo Bank. Peter Garnry estime ainsi que “l’industrie du gaming va continuer à s’emparer des parts de marché du secteur des loisirs”.

Des risques à prendre en compte

La pandémie a fait grimper les taux de croissance des entreprises de jeux vidéo et a fait monter le prix de leurs actions, ainsi que leur valorisation. Alors que la vaccination va permettre à de nombreux pays de rouvrir, “il est probable que les joueurs priorisent la socialisation physique pendant un moment et sortent au restaurant ou café, plutôt que de jouer aux jeux vidéo. Cela pourrait réduire le chiffre d’affaire du secteur pour l’année 2021” prévient Peter Garnry.

Autre risque, venu de Chine: l’introduction d’une nouvelle législation pour réduire le temps de jeu des mineurs, les jeux vidéo pouvant créer un effet de dépendance. “Cette nouvelle régulation chinoise a d’abord lourdement touché Tencent, mais l’entreprise chinoise a su se relever lorsque la Covid-19 a augmenté la consommation de jeux vidéo des personnes âgées” observe l’expert, selon qui des réglementations similaires pourraient être adoptées dans les pays développées au fil du temps.

“La difficulté pour les développeurs de jeux vidéo de constamment se renouveler pour produire de nouveaux jeux est également un risque clé à prendre en considération” pour Peter Garnry. L’expert de rappeler qu’il “existe plusieurs exemples de développeurs qui, après leur heure de gloire, ont eu beaucoup de mal à innover”.

Les grandes entreprises comme Apple, Google et Amazon saisissent également des parts de marché du secteur en marchant sur les traces de Microsoft (dont la filiale Xbox Game Studios créée en 1994 développe et édite des jeux vidéo -on peut citer les franchises Age of Empires, Doom, Zoo Tycoon ou encore Halo parmi les plus connues, Microsoft ayant par ailleurs racheté l’éditeur de Minecraft en 2014- pour les plates-formes estampillées Microsoft Windows ou les consoles Xbox). “Avec leur énorme distribution, ces géants technologiques pourraient devenir une grande menace pour les développeurs existants et les plateformes de jeux” juge Pete Garnry.

Enfin, en écho à la fièvre actuellement observée sur le marché obligataire, l’expert pointe du doigt les nombreuses actions du secteur qui jouissent d’une très bonne valorisation. “Cela signifie que la hausse des taux d’intérêt a un impact plus important sur la valorisation des actions, le risque de hausse des taux d’intérêt aux États-Unis devrait donc être un facteur clé pour les investisseurs qui veulent s’exposer au secteur du jeu vidéo” conclut-il.

Quentin Soubranne – ©2021 BFM Bourse

Vous suivez cette action ?

Recevez toutes les infos sur UBISOFT ENTERTAIN en temps réel :


Actu et Conseils – BFM Bourse

Partager cet article