Afflelou : IPO suspendu suite au manque de dynamisme du marché de capitaux

Mots-clefs : , , , , , ,

Le projet d’introduction en Bourse d’Afflelou est suspendu. C’est en effet ce qu’a déclaré vendredi une porte-parole de la chaîne de magasins d’optique, confirmant ainsi une information de l’Agefi.
Raisons invoquées : le faible dynamisme du marché de capitaux en France à l’heure actuelle. Le groupe indique néanmoins qu’une telle opération demeure une option pour le développement futur du groupe, lequel n’a pas d’échéance de refinancement avant 2019.

« Alors que le marché parisien des introductions en Bourse ne redémarre toujours pas, nous ne voulons pas prendre de risque inutile et décevoir le marché », avait préalablement indiqué à l’Agefi un porte-parole de Groupe Afflelou.  Lequel avait ajouté : « la santé de notre groupe est excellente et ne nécessite pas une IPO rapide ».

La société, sous LBO depuis 2012, valorisée environ un milliard d’euros et contrôlée à 35 % par le groupe de capital-investissement Lion Capital, avait déclaré début janvier que l’opération, reportée en novembre dernier, restait d’actualité.  Elle devait être l’une des plus importantes de l’année 2017. Mais après l’annonce surprise en janvier dernier du rapprochement d’Essilor et de Luxottica, qui devrait engendrer un géant du secteur, certains observateurs s’attendaient à un changement de calendrier voire de stratégie.

En dehors de Lion Capital, ses actionnaires sont la Caisse de dépôt et placement du Québec (30%), Apax (13%), Alain Afflelou lui-même (13%) et le management (9%).

Le Groupe Afflelou clôturant son exercice fin juillet, il ne devrait pas de nouvelle annonce sur le sujet avant la fin de l’automne 2017, après la publication des comptes annuels audités.

Les objectifs de l’IPO – le désendettement du groupe et la capacité à réaliser des acquisitions – ne seront pas remis en cause. « Notre dette n’arrive à échéance que dans deux ans, et nous avons les moyens de financer sur nos fonds propres les projets d’acquisition en cours », indique en effet le porte-parole du groupe Afflelou.

Pour rappel, à fin octobre 2016, la dette nette s’élevait à 433 millions d’euros, soit un ratio de levier de 5,7 fois. Ce ratio devait tomber autour de 3 fois à l’issue de l’entrée en Bourse.

Sources : Agefi, Reuters

Elisabeth Studer – 03 février 2017 – www.leblogfinance.com

Le Blog Finance

Partager cet article