Airbus : plan de réduction des coûts et suppression d’emplois justifié par A380 et A400M ?

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Turbulences à prévoir pour les salariés d’Airbus et la région de Toulouse, certes ville fleuron du secteur aéronautique mais très dépendante de lui ….

Selon le Financial Times, l‘avionneur européen prépare un plan de réduction des coûts. Ce dernier pourrait comporter des suppressions d’emplois. Objectif affiché : limiter les effets négatifs des difficultés rencontrées dans la production de l’A380 et de l’A400M. Selon le journal anglo-saxon, le plan vise notamment à supprimer certains postes en doublon dans la division aviation civile de l’entreprise, laquelle représente 70% de ses revenus.

Ironie du sort … ces rumeurs voient le jour alors que Airbus Group inaugure lundi son son nouveau campus baptisé Leadership Université, à proximité de l’usine de production de Blagnac, à quelques encablures de Toulouse. A moins que …. cela soit lié.
« La Leadership University aidera tous les cadres actuels et futurs à se perfectionner et à enrichir leurs connaissances dans l’art de collaborer, d’innover et d’inspirer leurs équipes » a en effet précisé à cette occasion Thierry Baril, directeur des ressources humaines d’Airbus. Université permettant au final de redéployer les forces vives de l’entreprise ? L’avenir nous le dira … Alors que ce type de structure innovante pourrait se multiplier en Europe. « D’autres pôles d’enseignement seront créés près des sites du Groupe en Europe et dans le monde, afin d’offrir aux cadres les mêmes opportunités de développement, quel que soit leur lieu de travail », précise ainsi Airbus Group. Ces principaux centres seront ainsi établis en Allemagne (Munich et Hambourg), en Espagne (Madrid), en France (Marignane et Paris), ainsi qu’au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et en Asie.

Airbus n’a pas souhaité réagir à ces informations à l’heure actuelle. Il n’en demeure pas moins qu’en juillet dernier, le groupe avait annoncé avoir passé une charge d’un milliard d’euros pour son avion de transport militaire, l’A400M, appareil confronté à des problèmes récurrents de retards de livraison.

L’avionneur a également dû réduire la cadence de sa production d’A380, alors même que ce programme venait d’atteindre le seuil de rentabilité. Airbus ne produira qu’un seul exemplaire par mois de son très gros porteur à partir de 2018, contre 27 sur l’ensemble de l’année 2015.

Sources : AFP, Financial Times, Actu Toulouse

Elisabeth Studer – 19 septembre 2016 – www.leblogfinance.com

Le Blog Finance

Partager cet article