Aléna: le Mexique entrevoit un accord rapide entre Canada et Etats-Unis

Mots-clefs : , , , , , , ,

Le Mexique entrevoit un accord rapide entre les Etats-Unis et le Canada sur la réforme du traité de libre-échange nord-américain Aléna, déjà renégocié entre Mexico et Washington.

« Pour la première fois on constate un réel effort des parties » pour parvenir à un accord, a déclaré vendredi soir le ministre mexicain de l’Economie, Ildefonso Guajardo, en déposant devant le Sénat le texte déjà signé en août par les Etats-Unis et le Mexique.

« Dans les prochaines 48 heures, nous saurons si nous allons vers un texte trilatéral », a ajouté le ministre.

Plus tôt, le président-élu mexicain Andres Manuel Lopez Obrador avait assuré qu’il n’y avait pas de date limite dans les négociations commerciales entre le Canada et les Etats-Unis sur la modernisation de l’accord.

« Il n’y a pas de dates limites, (…) nous avons encore du temps pour parvenir à une entente » afin que l’accord de libre-échange nord-américain « reste trilatéral », a déclaré en conférence de presse M. Lopez Obrador, qui prendra ses fonctions de président le 1er décembre.

Il a également indiqué avoir eu une conversation téléphonique jeudi avec le Premier ministre canadien, Justin Trudeau, qui lui a confié que « la négociation était très difficile, et que peut-être il ne serait pas possible » de trouver un compromis.

Les Etats-Unis auraient fait ce vendredi une contre-proposition au Canada, selon le président-élu mexicain, « ce qui veut dire que la négociation reste ouverte ».

Andres Manuel Lopez Obrador a assuré qu’il ne voulait pas « tourner le dos au Canada », mais que pour lui la négociation avec les Etats-Unis était bouclée et qu’il se contenterait désormais « d’attendre et souhaiter un compromis entre les Etats-Unis et le Canada ».

« Nous ne nous voulons pas mettre en danger le futur économique, la stabilité financière de notre pays », a-t-il dit, qualifiant l’accord signé avec les Etats-Unis de « bon accord ».

Il n’a pas écarté la possibilité de signer des accords bilatéraux avec les Etats-Unis et le Canada, en l’absence de compromis pour un accord trilatéral.

M. Lopez Obrador et M. Trudeau sont convenus « de travailler en étroite collaboration pour renforcer davantage le partenariat dynamique » entre Ottawa et Mexico, a fait savoir le gouvernement canadien dans un communiqué.

– Texte au Sénat mexicain –

Le Sénat mexicain, majoritairement dominé par le parti de gauche Morena du nouveau président, a annoncé que le gouvernement mexicain déposerait vendredi le texte de l’accord signé en août entre les Etats-Unis et le Mexique pour approbation des sénateurs.

La Maison Blanche voudrait de son côté signer le nouvel Aléna négocié avec Mexico avant la prise de fonction de M. Lopez Obrador, début décembre.

L’accord entre le Mexique, les Etats-Unis et le Canada, que le président américain Trump a qualifié de « désastre » est en renégociation depuis 2017.

Les discussion entre Ottawa et Washington achoppent notamment sur la protection de l’industrie laitière canadienne.

Les Canadiens ont « très mal traité » les Etats-Unis en matière commerciale, s’est plaint mercredi le président américain Donald Trump lors d’une conférence de presse en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

Jeudi, le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin a affirmé que le Congrès était prêt à approuver l’accord avec le Mexique seul, tout en formant « l’espoir » d’un accord toujours possible avec le Canada.

Le traité commercial Aléna, qui lie les trois pays depuis 1994, est régulièrement décrié par Donald Trump, qui l’accuse d’avoir causé la perte de millions d’emplois américains, notamment dans le secteur automobile.

Les relations entre le président américain et le Premier ministre canadien sont particulièrement tendues depuis le dernier sommet du G7 en juin au Québec. Le président américain avait tenu des propos particulièrement virulents, rendant M. Trudeau responsable de l’échec du sommet.

Challenges en temps réel : Économie

Partager cet article