Alstom se prononce officiellement en faveur de l’offre de General Electric

Mots-clefs : , , , , , ,

“Le Conseil d’administration a unanimement décidé d’émettre un avis favorable à l’offre de GE”, portant sur 12,35 milliards d’euros, a-t-il annoncé dans un communiqué samedi.

Aucune mention n’est faite cependant de l’entrée de l’État comme actionnaire principal d’Alstom, ni des difficultés de l’Etat à négocier le rachat des actions détenues par Bouygues.

De son côté Bercy a précisé à l’AFP que l’aboutissement de l’offre restait “suspendue aux négociations entre l’État et Bouygues”.

Des négociations difficiles entre l’Etat et Bouygues

Vendredi, le gouvernement s’était prononcé en faveur du projet de l’américain face à celui du tandem germano-nippon Siemens/Mitsubishi Heavy Industries. Il avait annoncé dans le même temps, et à la surprise générale, qu’il comptait devenir l’actionnaire principal d’Alstom afin d’exercer sa “vigilance patriotique”, selon les mots du ministre de l’Économie d’Arnaud Montebourg.

Pour ce faire, l’État compte racheter 20% des quelque 30% du capital d’Alstom que Bouygues détient.

Des échanges “constructifs” entre Alstom et l’Etat français

Et samedi soir, les discussions étaient proches d’un accord, selon des sources concordantes mais elles n’avaient pas encore abouti entre les deux parties pour ce rachat, a assuré à l’AFP David Azema, directeur général de l’Agence des participations de l’État (APE), négociateur pour l’État.

“Si ce projet était mené à bien, Alstom se concentrerait sur ses activités dans le domaine du transport et sur son alliance avec GE dans le domaine de l’énergie” et utiliserait le produit de la cession notamment “pour renforcer ses activités Transport”.

Les administrateurs “se félicitent” par ailleurs des “échanges constructifs avec l’Etat français” qui ont permis d’aboutir “à une proposition industrielle qui non seulement prend en compte les attentes d’Alstom et de ses parties prenantes, mais offre également une réponse adéquate aux préoccupations exprimées par le gouvernement français”.

(Avec AFP)


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article