Analyse et Stratégie : Cholet Dupont anticipe des marchés attentistes et hésitants

Mots-clefs : , , , , , , ,

Septembre a vu le retour des doutes et des incertitudes, analyse Vincent Guenzi, stratégiste de Cholet Dupont, en raison de la recrudescence de la pandémie, de l’absence de consensus entre Démocrates et Républicains sur un plan de relance et de la lenteur pour mettre en œuvre cette même relance en Europe en raison de la recherche d’une unanimité qui nécessite de nombreux compromis difficiles.

« Sans réponse à ces interrogations, les marchés resteront attentistes et hésitants en octobre et peut-être en novembre. Les risques de forte correction dans cette période nous semblent cependant atténués par le soutien des banques centrales et l’absence d’alternative rémunératrice face aux actions. Le déroulement de la campagne électorale américaine et les résultats des élections vont devenir des facteurs de volatilité. »

Une victoire de Donald Trump ne changerait rien à la politique économique des Etats-Unis. Un succès total des Démocrates, avec une majorité au Sénat, serait source d’incertitudes fiscales, environnementales (fin du régime en faveur des énergies fossiles) et médicales (réforme du système de santé, encadrement des prix des médicaments). « Ces aspects négatifs pourraient s’atténuer car la mise en œuvre de ces projets sera lente et des mesures de relance budgétaire plus fortes pourraient les compenser en favorisant la consommation et l’investissement. » Le scénario le plus défavorable serait en fait une victoire de Joe Biden sans majorité au Sénat, car l’adoption d’un plan de relance serait retardée.

Des perspectives favorables à moyen terme

Dans ces conditions, Vincent Guenzi maintient une attitude un peu prudente à court terme. « Des replis éventuels plus prononcés seraient une opportunité de renforcer l’exposition aux actions dans de bonnes conditions. En effet, à moyen terme, les perspectives semblent toujours favorables grâce au redressement de l’économie mondiale favorisé par les progrès thérapeutiques qui seront réalisés. Les soutiens monétaires persistants maintiendront les taux longs à un bas niveau ce qui renforcera l’attractivité des actions. Le potentiel de hausse de celles-ci est important malgré des valorisations parfois élevées sans que l’on puisse parler de bulle manifeste

Vincent Guenzi a légèrement diminué, de 56,7% à 55,9% son taux d’investissement en actions, surpondérées aussi bien à court terme qu’à moyen terme. A court terme, l’accent est mis sur les actions américaines et asiatiques hors Japon au détriment des japonaises, sud-américaines et est-européennes. A moyen terme, les européennes sont aussi favorisées et seules les nippones sont sous-pondérées.

Dans le domaine obligataire, les emprunts d’Etat européens non AAA sont privilégiés à court terme au détriment des emprunts d’Etat américains et européens les mieux notés. A moyen terme, seule la dette émergente est surpondérée alors que les emprunts d’Etat américains et européens notés AAA sont de nouveau sous-pondérés.

L’avis d’Investir

Pour notre part, nous sommes sur-pondérés en actions depuis que le Cac 40 a touché les 4.800 points. Nous sommes positifs en particulier sur les actions émergentes. Nous conseillons aussi la dette émergente au chapitre obligataire. A court terme, nous repasserions neutres avec un Cac 40 à 5.200 points, borne haute du canal constaté depuis plusieurs mois.

Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article