Analyse et Stratégie : Cholet Dupont conseille de renforcer ses positions en cas de baisse

Mots-clefs : , , , , , , ,

Selon Vincent Guenzi, stratégiste de Cholet Dupont, « une certaine normalité est revenue ces dernières semaines sur les marchés financiers pour qui les plus grands risques semblent derrière nous. Pour les marchés actions, le rythme et le calendrier de la reprise économique vont déterminer les résultats des entreprises et la croissance des bénéfices en 2021. Pour l’instant, selon les analystes, la baisse des profits des sociétés cotées des pays développés atteindra au moins 25% en moyenne. Dès lors, le rebond de 25 à 30% des indices boursiers depuis la mi-mars est-il exagéré ou dangereux ? Non, si de nouvelles craintes majeures n’apparaissent pas. En revanche, cela pourrait limiter la progression des indices, en attendant la confirmation de la reprise de l’activité ou des progrès thérapeutiques. Bien entendu, des replis modérés peuvent intervenir à tout moment. Nous restons convaincus que la reprise économique interviendra à relativement brève échéance. »

Point positif, des progrès sont observés en termes de traitement ou de vaccin. Ainsi, un traitement du laboratoire Gilead a des effets positifs sur la réduction du temps d’hospitalisation des malades et une dizaine de vaccins sont en phase assez avancée. En revanche, avec une baisse des estimations de profits de 30%, les valorisations des actions sont remontées pour atteindre un plus haut depuis 2002. « Est-ce paradoxal ? Non, cela se passe toujours ainsi dans les creux de marché en cas de récession. »

Un accent mis sur Wall Street

In fine, Vincent Guenzi reste neutre à court terme sur les actions à court terme, tout en relevant de 51,2% à 53,2% son taux d’investissement. Toutefois, il privilégie Wall Street au détriment des actions européennes. Il les surpondère pour le moyen terme, avec un accent toujours mis sur les titres américains, mais aussi européens et asiatiques hors Japon. Dans le domaine obligataire, les emprunts d’Etat européens non AAA, les obligations privées américaines et européennes bien notées ainsi que le haut rendement du Vieux Continent sont surpondérés au détriment des emprunts d’Etat européens les mieux notés. A moyen terme, la dette émergente est privilégiée alors que les emprunts d’Etat américains et européens notés AAA sont sous-pondérés.

L’avis d’Investir

Nous conseillons comme Vincent Guenzi de renforcer ses positions en actions en cas de nouvelle phase baissière. Par rapport au mois précédent, nous remontons notre limite d’intervention sur le Cac 40 de moins de 4.000 points à 4.100 points. En revanche, nous préconiserions des prises de bénéfices dans l’hypothèse d’un indice de retour à proximité des 5.000 points.


Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article