Analyse et Stratégie : Cholet Dupont demeure neutre sur les actions à court terme

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Selon Vincent Guenzi, stratégiste de Cholet Dupont, « les marchés financiers viennent de connaître trois mois de reprise alimentée par le triple effet positif des mesures extraordinaires de soutien à l’activité de tous les Etats, des assouplissements monétaires non moins importants de nombreuses Banques centrales et enfin des espoirs de reprise de l’activité après les allègements des mesures de précaution sanitaire. Les statistiques publiées en juin ont bien confirmé le rebond de la consommation et de la production dans tous les pays qui avaient été les premiers à être touchés par la pandémie (Asie de l’Est, Europe, Etats-Unis). Ce rebond s’accompagne d’autres phénomènes habituellement observés en fin de récession comme l’amorce de la baisse du chômage, la hausse des matières premières industrielles, la réorientation des investisseurs vers des actions de sociétés cycliques, etc.. Ainsi, tout semblerait indiquer que la récession mondiale la plus intense depuis 1929 sera probablement la plus courte. »

Mais elle aura été si violente qu’il faudra attendre plus d’un an pour retrouver les niveaux d’activité de 2019. En outre, le rythme de la reprise reste fragile, avec des risques multiples : perte de confiance durable du consommateur et des entreprises ; reprise de l’épidémie ; possible durcissement des tensions entre les Etats-Unis et la Chine, voire aussi l’Europe, en raison d’une agressivité accrue d’un Donald Trump affaibli ; avance de Joe Biden, dont le programme prévoit un relèvement de 21% à 28% du taux de taxation des bénéfices des sociétés, dans les sondages.

 

Un taux d’investissement de 56% sur les actions

En attendant, cet expert reste neutre à court terme sur les actions, avec un accent mis sur Wall Street, à court terme, tout en relevant de 54,2% à 56% son taux d’investissement. « Les marchés pourraient rester un peu hésitants tant que la situation sanitaire ne s’apaisera pas, notamment en Amérique du Nord. Mais le risque de fort retour en arrière nous paraît également limité compte tenu de l’ampleur des soutiens publics et de l’attractivité à moyen terme des actions face aux très faibles rendements des obligations. »

Vincent Guenzi les surpondère pour le moyen terme, avec une préférence pour les titres américains, européens et asiatiques hors Japon. Dans le domaine obligataire, les emprunts d’Etat européens non AAA ainsi que les obligations privées européennes (bien notées et à haut rendement) sont privilégiés à court terme au détriment des emprunts d’Etat européens les mieux notés. A moyen terme, la dette émergente est surpondérée alors que les emprunts d’Etat américains et européens notés AAA sont sous-pondérés.

L’avis d’Investir

Nous sommes redevenus neutres sur les actions lorsque le Cac 40 est remonté à 5.100 points. A court terme, l’indice fluctue entre 4.800 et 5.200 points. C’est pourquoi nous repasserions surpondérés dans l’hypothèse d’un Cac 40 de retour à 4.800 points. En sens inverse, en cas de poussée de fièvre vers les 5.500 points, la sous-pondération s’imposerait.


Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article