Analyse et Stratégie : Cholet Dupont privilégie les actions

Mots-clefs : , , , , ,

En octobre, les places financières ont poursuivi leur progression en raison d’un contexte économique favorable et d’un horizon monétaire éclairci, avec l’annonce de taux courts inchangés dans la zone euro jusqu’en 2019 et de la nomination de Jerome Powell, un proche de Janet Yellen, au poste de président de la Réserve fédérale. L’actualité politique a été chargée, avec l’adoption par les élus républicains du budget 2018 qui ouvre la voie à la réforme fiscale tant attendue outre-Atlantique. Au Japon, la réélection de Shinzo Abe a été bien accueillie. En Chine, la vision économique de Xi Jinping, qui a renforcé ses pouvoirs lors du 19ème congrès du PCC, avec un accent mis sur l’activité domestique, a été saluée. Enfin, en Catalogne, la proclamation d’indépendance n’a pas été suivie d’un climat insurrectionnel.

Selon Vincent Guenzi, stratégiste de Cholet Dupont, le risque de correction à court terme a augmenté aux Etats-Unis en raison de la hausse des indices. « Nous préférons adopter une position tactique un peu plus prudente. Même si la hausse se poursuit, une correction pourrait ensuite ramener les cours en dessous des niveaux actuels. »

Toutefois, cet expert n’est pas inquiet à moyen terme, car « les facteurs positifs l’emportent tant que l’inflation ou les taux d’intérêt ne dérapent pas sérieusement. De plus, nous rappelons qu’il est beaucoup trop tôt pour s’inquiéter des risques de récession aux Etats-Unis. Enfin, la valorisation des actions par rapport aux obligations ne donne toujours pas de message d’alerte même si les valorisations absolues se sont tendues, sans atteindre toutefois le maximum historique. »

A court terme, où la surpondération des actions a été ramenée de 58 % à 53 %, seules les actions asiatiques hors Japon sont privilégiées. A moyen terme, l’accent est mis sur les actions européennes. Au chapitre obligataire, deux classes d’actifs sont surpondérées à court et moyen terme : le haut rendement européen et les convertibles. En revanche, les emprunts d’Etat sont sous-pondérés sur les deux périodes, tout comme les sociétés privées bien notées.

L’avis d’Investir

Comme Vincent Guenzi, nous sommes surpondérés en actions, avec une priorité accordée aux valeurs de la zone euro même si le potentiel de hausse s’est réduit ces dernières semaines. Dans le domaine obligataire, nous sommes positifs sur les convertibles et sur la dette émergente libellées en devises locales, seule classe d’actifs obligataire à offrir encore une rémunération correcte.

Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article