Analyse et Stratégie : Cholet Dupont reste neutre sur les actions à court terme

Mots-clefs : , , , , , , , ,

2019 s’est achevé positivement pour les marchés financiers grâce à la dissipation des incertitudes : la FED a indiqué qu’elle devrait maintenir ses taux en 2020, le front du Brexit s’est clarifié avec la victoire du parti conservateur et l’apaisement dans le conflit commercial entre les Etats-Unis et la Chine s’est confirmé avec l’abandon de la forte hausse des droits de douane américains prévue le 15 décembre. « Pourtant, sur le front de l’économie mondiale, les chiffres publiés ont été assez mitigés, remarque Vincent Guenzi, stratégiste de Cholet Dupont. Comme pendant l’année 2019, la hausse des indices en décembre s’est faite par une revalorisation des actions et non par une croissance des bénéfices. »

Pour 2020, cet expert estime que l’environnement restera favorable, avec une croissance économique globale stabilisée. « Sur le plan des marchés, la situation est plus complexe, car une partie des bonnes nouvelles est déjà intégrée dans les cours des actions. Les valorisations atteintes laissent peu de place à des déceptions. Néanmoins, les marchés sont confiants et l’optimisme n’est pas exubérant. L’appétit pour les actifs risqués est tenace et tient à la faiblesse des rendements des produits défensifs. Nous ne serions pas étonnés qu’en l’absence de mauvaises nouvelles, les indices gagnent encore quelques pourcents dans les prochaines semaines. »

Dans ces conditions, Vincent Guenzi préconise de préférence des achats sur repli. Il reste neutre à court terme sur les actions, avec toutefois une légère remontée de 46,8% à 48,5% du taux d’investissement, et les surpondère pour le moyen terme, avec un accent mis sur les titres américains, européens et asiatiques hors Japon. Dans le domaine obligataire, la neutralité est de mise à court terme sur toutes les classes d’actifs, exception faite des emprunts d’Etat européens bien notés, sous-pondérés, et des obligations à haut rendement du Vieux Continent, surpondérées. La sous-pondération s’impose à moyen terme, à l’exception de la dette émergente, surpondérée, ainsi que des obligations privées américaines, du haut rendement et des convertibles européens, sur lesquels la neutralité s’impose.

L’avis d’Investir

Pour notre part, après le beau parcours de ces dernières semaines, nous restons sous-pondérés en actions, mais nous relevons de 5.500 points à 5.700 points le seuil où nous repasserions à la neutralité. En effet, il semble difficile à court terme d’envisager un recul de 8% des places financières.


Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article