Analyse et Stratégie : Cholet Dupont reste neutre sur les actions à court terme

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Après un bon début d’année marqué par la signature du premier accord commercial sino-américain le 15 janvier et les espoirs de reprise de l’activité économique qui devenaient réalistes, les places financières ont temporairement subi des prises de bénéfices avec l’apparition de l’épidémie de coronavirus. « Toutes les décisions prises pour endiguer l’épidémie ont un effet négatif sur l’activité économique, explique Vincent Guenzi, stratégiste de Cholet Dupont. L’impact est indéniable. Il a été estimé à quelques dixièmes de pourcent sur la croissance chinoise, américaine ou européenne. Mais il est encore impossible de le quantifier très précisément tant que l’activité n’a pas repris en Chine et que le risque de rupture des chaînes d’approvisionnement demeure. La baisse, qui a atteint 3 à 5% dans les pays développés et entre 7 et 12% dans les pays émergents, paraît donc largement justifiée. Elle aurait pu être plus forte si les investisseurs n’avaient pas anticipé aussi rapidement que l’épidémie commencerait à être sous contrôle. Mais la stabilisation des marchés et leur rebond se sont aussi appuyés sur d’autres facteurs positifs tangibles. »

En effet, les indicateurs économiques mondiaux se sont redressés en janvier, les résultats publiés par les entreprises ont dépassé les attentes des analystes financiers et les banques centrales sont prêtes à intervenir en cas de besoin. C’est pourquoi cet expert maintient son scénario assez positif de ré-accélération modérée de l’activité mondiale, même si un décalage dans le temps est possible.

Les indices étant revenus à leurs niveaux d’avant la correction, Vincent Guenzi préconise « d’attendre plutôt de meilleures opportunités avant de renforcer ses positions, tant que la situation en Chine ne s’est pas améliorée et que la reprise générale de l’activité n’est pas intervenue. » Il reste neutre à court terme sur les actions, avec une préférence pour Wall Street au détriment des actions européennes, avec toutefois une légère diminution de 48,5% à 47,4% du taux d’investissement. Il les surpondère pour le moyen terme, avec un accent mis sur les titres américains, européens et asiatiques hors Japon. Dans le domaine obligataire, la neutralité est de mise à court terme sur toutes les classes d’actifs, exception faite des emprunts d’Etat européens bien notés, sous-pondérés, et des obligations à haut rendement du Vieux Continent, surpondérées. La sous-pondération s’impose à moyen terme, à l’exception de la dette émergente, surpondérée, ainsi que des obligations privées américaines, du haut rendement et des convertibles européens, sur lesquels la neutralité s’impose.

L’avis d’Investir

Pour notre part, nous sommes sous-pondérés en actions. Nous avions conseillé le mois précédent de se renforcer avec un Cac 40 à 5.700 points. Le point bas de janvier (5.799 points) n’en a pas été très éloigné. C’est pourquoi nous remontons à 5.800 points la barre où nous redeviendrions neutres sur les actions.


Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article