Analyse et Stratégie : Pour Cholet Dupont, la prudence s'impose à court terme sur les actions

Mots-clefs : , , , , , , , , ,

Selon Vincent Guenzi, stratégiste de Cholet Dupont, après la baisse observée en mars, « la tendance à court terme des indices actions nous semble fragilisée ce qui augmente la probabilité d’un recul supplémentaire de faible ampleur. Aujourd’hui, les marchés financiers s’inquiètent moins du risque de remontée des taux que de l’évolution de la croissance mondiale. L’environnement reste favorable, mais certains investisseurs commencent à perdre confiance. Nul ne sait quand la surenchère protectionniste s’arrêtera même si personne ne croit vraiment à la mise en place durable de telles barrières douanières. La correction actuelle n’est peut-être pas terminée et la prudence s’impose encore à court terme. »

C’est pourquoi cet expert reste neutre sur les actions à court terme, même s’il surpondère les actions asiatiques hors Japon. Il remarque toutefois que les rebonds qui suivent toute baisse liée à un « tweet » de Donald Trump sont signe d’un regain d’attractivité pour les actions. « Les excès de valorisation se sont encore résorbés sur la Bourse américaine grâce à la baisse des cours. Les PER des actions se rapprochent de leurs moyennes historiques en Europe et aux Etats-Unis. Avec la baisse des taux longs et l’amélioration des perspectives bénéficiaires, le repli des cours a fait remonter la prime de risque, ce qui rend les actions plus intéressantes que les obligations. Tous ces éléments constituent un soutien pour les actions et une force de rappel en cas de baisse. »

Pour cette raison, Vincent Guenzi reste surpondéré à moyen terme en mettant l’accent sur les places européennes. Au chapitre obligataire, où la neutralité s’impose à court terme et la sous-pondération à moyen terme, une seule classe d’actifs est privilégiée pour le moyen terme : les convertibles du Vieux Continent. En revanche, les emprunts d’Etat bien notés sont sous-pondérés sur les deux périodes, tout comme les sociétés privées bien notées, la dette émergente et le haut rendement américain.

L’avis d’Investir

Pour notre part, nous sommes toujours surpondérés sur les actions, avec un accent mis sur celles de la zone euro et les asiatiques (Japon et hors Japon). Nous préconiserions une forte surpondération dans l’hypothèse d’un Cac 40 à 5.000 points, mais, dans une optique à court terme, une neutralité en cas de dépassement des 5.500 points. En effet, depuis plusieurs mois, l’indice-phare de la Bourse de Paris oscille entre 5.000 et 5.500 points.

Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article