Analyse et Stratégie : Pour Cholet Dupont, le repli du marché n’est pas suffisant pour éviter toute déception

Mots-clefs : , , , , , , , , , , ,

Jusqu’à fin avril, les marchés financiers ont poursuivi leur hausse sans à-coups majeurs face à des statistiques économiques favorables et à l’espoir de la signature d’un accord commercial entre les Etats-Unis et la Chine. En conséquence, selon Vincent Guenzi, stratégiste de Cholet Dupont, « la valorisation des marchés actions s’est tendue mais sans excès. En revanche, beaucoup de bonnes nouvelles ont été intégrées dans les cours. Autrement dit, il devenait difficile de poursuivre ce mouvement sans nouvelle amélioration réelle de la conjoncture, des prévisions de bénéfices ou du contexte géopolitique. Or, c’est plutôt l’inverse qui semble se produire en ce début de mois. Les dernières enquêtes des directeurs d’achat montrent que le rebond de l’activité perd en intensité dans toutes les zones. Le durcissement des sanctions américaines envers l’Iran alimente la hausse du prix du pétrole, ce qui peut constituer un risque pour la consommation. Enfin, le relèvement des droits de douane par Donald Trump sur les produits chinois fait craindre un échec des négociations commerciales. »

Une baisse logique

La récente baisse des indices boursiers est donc logique. « Cette correction va créer des opportunités d’achat, mais il ne faut pas se précipiter. Le repli des actions n’est pas assez important pour nous protéger des risques de déception supplémentaire. Nous espérons qu’Américains et Chinois restent conscients des risques qu’ils font courir à leurs pays et à une économie mondiale encore fragile. Si un accord intervient avant l’été, il devrait permettre aux marchés de reprendre leur marche en avant. »

Dans ces conditions, Vincent Guenzi reste un peu prudent à court terme, en restant neutre sur les actions tout en abaissant marginalement leur pondération, de 47,4 % à 46,6 %, dans son portefeuille modèle. Il sous-pondère les japonaises au profit des américaines et des émergentes (hors sud-américaines où la neutralité s’impose). A moyen terme, il conseille toujours une surpondération des actions avec un accent mis sur les titres américains et européens. Dans le domaine obligataire, la neutralité s’impose à court terme sur toutes les classes d’actifs, et la sous-pondération partout à moyen terme, à l’exception des emprunts d’Etat européens non notés AAA pour lesquels une surpondération est préconisée.

L’avis d’Investir

Nous sommes revenus il y a un mois à la sous-pondération sur les actions lorsque le Cac 40 est remonté à 5.500 points. Nous repasserions à la neutralité en cas de retour à 5.200 points, niveau qui a été approché hier.


Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article