Analyse et Stratégie : Prudence de mise après le rebond

Mots-clefs : , , , , ,

C’est le cas de NN Investment Partners dans sa revue hebdomadaire. « Alors que l’économie mondiale traverse sa pire crise depuis 2008, les décideurs politiques font tout ce qui est en leur pouvoir pour éviter que les entreprises, le système financier et la société soient durablement endommagés. Chaque jour apporte son lot de nouvelles mesures de relance. Mais tant que le nombre de nouvelles infections au coronavirus continue de s’accélérer, l’incertitude sur l’ampleur et la durée des blocages et des perturbations économiques devrait inciter les investisseurs à rester prudents. »

Pour sa part, Amiral Gestion a mécaniquement réduit son allocation nette aux actions à 44 % au sein du fonds Sextant Grand Large. « La crise n’est pas encore derrière nous et les profonds changements de politiques économiques en cours auront des répercussions durables sur les actifs financiers. Dans ce contexte, une gestion contrariante et opportuniste de l’exposition aux actions et aux obligations ainsi que la capacité d’arbitrer au mieux les segments de la cote a toute sa pertinence », explique Louis d’Arvieu, gérant de Sextant Grand Large.

Vincent Boy, analyste marché chez IG France, estime que « le rebond observé à court terme pourrait être l’occasion de trouver un point d’entrée pour repartir à la baisse sur les indices mondiaux et une seconde vague de chute importante devrait s’en suivre. En effet, les investisseurs vont commencer à découvrir peu à peu l’impact économique du coronavirus au travers des premières statistiques importantes, avant de connaître les résultats du premier trimestre des entreprises au niveau mondial. »

Vers un point bas en milieu d’année ?

John Bilton, stratégiste de J.P.Morgan AM, doute également que les actions aient déjà touché leur plancher. « Les marchés baissiers véhiculent le risque de short squeezes (liquidation forcée des positions courtes), mais c’est un fort coup de massue porté aux bénéfices que nous anticipons. Nous pourrions ne pas assister au bas de cycle des actions tant que le plein effet du coup porté aux bénéfices ne sera pas connu et tant que le périmètre de la reprise ne sera pas plus clair. Nous ne prévoyons donc pas d’atteindre les points bas pour les actions avant le milieu de l’année, lorsque les dommages causés aux bénéfices seront clairs. Lorsque les marchés auront touché le fond, nous prévoyons que les actions rebondiront plus rapidement que le crédit. La récession actuelle finira par céder la place à une nouvelle phase d’expansion économique. 

Notre conseil

Pour notre part, nous estimons aussi que la hausse a été un peu rapide alors que les incertitudes sur les révisions en baisse bénéficiaires à venir sont nombreuses. Nous conseillerions de renforcer ses positions avec un Cac 40 de retour en dessous de 4.000 points.


Investir – Analyses et opinions – Les Echos Bourse

Partager cet article