Areva / Niger : arrêt de production de la mine d’Arlit contre révisions des contrats

Mots-clefs : , , , , , , ,

Cela pourrait s’appeller du chantage ou de la négociation … selon qu’on utilise le langage diplomatique ou pas.

Selon l’ONG AGHIRIN’MAN et l’AFP, Areva pourrait interrompre la production de la Somaïr (Société des mines de l’Aïr) au Niger. L’arrêt de la production d’uranium de la mine d’Arlit est d’ores et déjà fixé au 28 octobre prochain.

Argument invoqué par le géant nucléaire français : le gouvernement du Niger ne serait pas parvenu à trouver acquéreur pour 500 tonnes d’uranium extraites du site. De ce fait, le groupe se verrait contraint de stopper l’exploitation du site si l’Etat nigérien n’autorisait pas l’exportation des produits miniers afin de les vendre au prix du marché.

Areva  estime ne pas être en capacité à l’heure actuelle de fournir une date de reprise de la production, compte tenu des incertutides actuelles entourant les négociations sur les prix et quantités. Précisant qu’en cas d’arrêt, l’interruption devrait perdurer au minimum jusqu’à la fin de l’année 2013. Date fixée comme échéance pour la renégociation des contrats miniers avec le gouvernement nigérien. Laquelle constitue aux yeux des analystes la cause principale de la situation actuelle.

Si l’on en croit les media locaux, en vue de freiner le Niger dans ses velléités de revoir les termes contractuels de ses engagements, le groupe français aurait en effet engagé un bras de fer avec le gouvernement nigérien en menaçant notamment de licencier une partie du personnel local employé dans les mines, voire de retarder ou d’annuler des investissements dans le pays.

Un porte-parole d’Areva a toutefois indiqué à l’AFP que le groupe nucléaire maintenait son calendrier d’extraction de minerai et de production d’uranium dans sa mine à Imouraren, mais qu’il s’interrogeait sur ses contrats des mines de l’Aïr et d’Akokan dans le département d’Arlit.

« Nous confirmons le calendrier d’une première extraction de minerai en 2015 et d’une première production d’uranium en 2016 », a-t-il ainsi déclaré à l’AFP.

Sources : RFI, Ecofin, AFP

Elisabeth Studer – 25 octobre 2013 – www.leblogfinance.com


Le Blog Finance

Partager cet article