Boursorama sacrifie les frais à l’étranger sur sa carte Visa Premier

Mots-clefs : , , , , , ,

Un mois après Fortuneo, une seconde banque en ligne, Boursorama, vient de supprimer les frais sur les paiements et retraits effectués en devises étrangères sur sa carte haut de gamme, la Visa Premier. Un cadeau avec contrepartie : 15 euros de frais mensuels si la carte n’est pas utilisée.

Le 7 octobre dernier, Fortuneo relançait la guerre tarifaire que se livrent les banques en ligne depuis des années, avec comme enjeu la première place dans les palmarès des banques les moins chères. Depuis, la réaction de Boursorama était attendue…

Bingo ! Le leader de la banque en ligne a publié ce matin une nouvelle brochure tarifaire, datée du 6 novembre 2019. Avec comme nouveauté marquante la disparition de la commission de 1,94% qui pesait jusqu’ici sur les opérations effectuées en devises avec sa carte Visa Premier. Les porteurs de la carte haut de gamme de Boursorama pourront donc désormais retirer des dollars à Manhattan ou faire des emplettes à Londres sans surcoût ! Le cadeau ne vaut toutefois que pour la Premier : la Visa Classic, elle, supporte toujours la commission d’1,94% sur les retraits et les paiements. La carte Welcome d’entrée de gamme également, mais seulement sur les retraits.

A consulter : Comment obtenir une carte bancaire gratuite ?

Au moins un paiement par mois

Cet alignement sur les récents choix tarifaires de Fortuneo a toutefois une contrepartie : l’introduction d’une contrainte d’utilisation de la carte Visa Premier. Jusqu’ici, vous pouviez en effet vous permettre de la laisser durablement dans votre portefeuille, sans crainte de pénalités. Désormais, il vous faudra effectuer au moins un paiement par mois. A défaut, Boursorama vous facturera 15 euros par mois d’inactivité. Une nouvelle facturation, applicable immédiatement, qui pourrait très désagréablement surprendre certains clients n’utilisant pas leur compte au quotidien. Chez Fortuneo, cette condition d’usage existe également mais est un peu moins pénalisante : 5 euros par mois actuellement, et 9 euros à partir du 1er janvier 2020.

Avec cette volte-face tarifaire de Boursorama, la carte Ultim, lancée en juin dernier, perd un peu d’attrait. La gratuité des frais à l’étranger était en effet son principal atout. Contrairement à la Visa Premier, qui nécessite de justifier d’au moins 1 800 euros de revenus nets mensuels, elle conserve l’avantage d’être accessible sans conditions.

Lire sur le sujet : Carte Ultim : Boursorama a voulu « se placer du point de vue du client »

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article