CAC 40 : La Bourse de Paris termine à l'équilibre, le PIB américain en soutien

Mots-clefs : , , , , ,

EuronextEuronext

(Tradingsat.com) – La Bourse de Paris a terminé quasi stable vendredi (-0,01%), limitant fortement ses pertes après la nette révision à la hausse de la croissance américaine au premier trimestre, dans une séance par ailleurs calme en raison du long week-end de l’Ascension.

L’indice CAC 40 a cédé 0,52 point à 5.336,64 points dans un volume d’échanges modéré de 3,2 milliards d’euros. La veille, il avait achevé la séance en léger repli de 0,08%.

La cote parisienne, qui a ouvert en petit recul, a creusé ses pertes dans la matinée, les investisseurs digérant la décision rendue la veille par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), avant de remonter la pente sur fond de bons indicateurs américains.

« Aujourd’hui, nous n’avions pas vraiment de grosse nouvelle à même de faire bouger le marché », a relevé auprès de l’AFP Mikaël Jacoby, responsable du courtage Europe continentale de Oddo Securities, soulignant que les volumes étaient en outre ceux d’un week-end prolongé.

Les investisseurs ont surtout digéré « les nouvelles de l’accord de l’Opep de jeudi soir, qui a quand même entraîné assez fortement les cours du pétrole à la baisse et donc dans leur sillon toutes les valeurs pétrolières et parapétrolières », a-t-il complété.

Les cours du brut ont perdu environ 2,50 dollars jeudi dans la foulée de la décision du cartel et de dix autres producteurs de poursuivre jusqu’à fin mars 2018 la baisse de leur production, mais sans adopter de quotas plus restrictifs.

Cette issue jugée décevante a toutefois été contrebalancée plus tard dans la séance par la publication d’une nette révision à la hausse, à 1,2% contre une première estimation de 0,7%, de la croissance américaine au premier trimestre.

« Nous sommes à des niveaux assez sensibles aux Etats-Unis en termes de valorisation boursière, donc toute progression met encore un peu de carburant pour maintenir les cours aussi hauts alors que le cas contraire aurait induit une grosse prise de bénéfices », a estimé M. Jacoby.

Par ailleurs, les commandes de biens durables ont reculé moins que prévu en avril aux Etats-Unis (-0,7%).

Les pétrolières souffrent

Sur le front des valeurs, ArcelorMittal a gagné 1,71% à 19,95 euros. Le géant mondial de l’acier, associé à l’italien Marcegaglia, a remporté l’appel d’offres pour la reprise du sidérurgiste italien Ilva, a indiqué à l’AFP une source proche du dossier.

Biomérieux a encore fortement progressé (+3,25% à 190,35 euros), fidèle à sa dynamique haussière qui lui a fait prendre plus de 30% depuis le début de l’année.

Airbus a pris 1,09% à 73,90 euros après la commande par le loueur d’avions de Singapour, BOC Aviation, de six appareils d’une valeur d’environ 1,05 milliard de dollars au prix catalogue.

Les valeurs liées au secteur pétrolier et parapétrolier ont en revanche piqué du nez à l’image de TechnipFMC (-2,99% à 26,00 euros), Vallourec (-1,56% à 5,82 euros) ou encore Total (-0,62% à 47,44 euros), dans le sillage de la décision de l’Opep. Le PDG de Total a en outre indiqué vendredi que le groupe comptait valider une dizaine de nouveaux projets pétroliers ou gaziers dans les 18 prochains mois pour être prêt lors de la reprise des cours du brut, tout en maintenant sa discipline financière.

Les titres du secteur bancaire ont également marqué le pas, subissant un « mouvement technique baissier de sympathie » selon M. Jacoby, à l’instar de Société Générale (-1,64% à 49,35 euros), Crédit Agricole (-0,41% à 14,50 euros), ou encore BNP Paribas (-0,26% à 66,39 euros).

Onxeo a flambé de +30% à 4,25 euros dans d’importants volumes d’échange. La spéculation s’emballe sur la société de biotechnologie qui doit bientôt publier les résultats intermédiaires d’une étude de phase III sur son produit Livatag chez les patients souffrant d’un carcinome hépatocellulaire avancé.

Avec AFP

Actu et Conseils – Trading Sat

Partager cet article