CAC 40 : La Bourse de Paris toujours pénalisée par les craintes d'une guerre commerciale

Mots-clefs : , , , , , , ,

EuronextEuronext

(Tradingsat.com) – La Bourse de Paris a de nouveau clôturé en baisse mercredi (-0,20%), la montée des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine continuant à peser sur le moral des investisseurs.

L’indice CAC 40 a reflué de 10,32 points à 5.141,80 points, dans un volume d’échanges étoffé de 4 milliards d’euros. La veille, il avait fini en repli de 0,29%.

Après des premiers pas à l’équilibre, la Bourse de Paris s’est rapidement installée dans le rouge et y a passé toute la séance sans dévisser non plus.

« L’escalade des tensions entre les États-Unis et la Chine joue défavorablement sur le moral des marchés » a souligné auprès de l’AFP Andrea Tuéni, un analyste de Saxo Banque.

« Jusqu’ici les réponses de la Chine aux annonces américaines avaient été relativement timides mais aujourd’hui, leurs annonces sont très claires et cela alourdit encore l’environnement morose », a-t-il ajouté.

Quelques heures après la publication mardi par l’administration Trump d’une liste provisoire de produits chinois importés susceptibles d’être soumis à de nouveaux droits de douane, Pékin a répliqué avec sa propre liste visant des importations américaines du même montant annuel – 50 milliards de dollars -, dont des produits majeurs tels que le soja, l’automobile et l’aéronautique.

« Les valeurs technologiques restent en outre malmenées, après une série de mauvaises nouvelles pour le secteur », a complété M. Tuéni.

« Malgré cette ambiance assez lourde, les marchés européens ne résistent pas trop mal, notamment parce que le poids des valeurs technologiques est moins important qu’aux États-Unis », selon lui.

« Ils n’ont toutefois pas réussi à tirer leur épingle du jeu alors que les indicateurs du jour n’étaient pas mauvais, notamment les chiffres ADP de créations d’emplois dans le secteur privé aux États-Unis » en forte augmentation en mars « ce qui est de bon augure avant le rapport mensuel sur l’emploi américain attendu vendredi », a noté le spécialiste.

En zone euro, le taux d’inflation annuel y a bondi en mars à 1,4% contre 1,1% en février, selon une première estimation.

Les commandes industrielles ont augmenté moins que prévu en février et la croissance de l’activité dans les services (indice ISM) aux États-Unis a légèrement ralenti en mars.

– matières premières sous tension –

En matière de valeurs, le secteur des matières premières a fait les frais des tensions commerciales: ArcelorMittal a perdu 3,72% à 24,72 euros et Eramet 3,90% à 110,90 euros.

Les titres technologiques n’ont pas réussi à redresser la tête. STmicroelectronics a reculé de 2,24% à 17,04 euros et Soitec de 1,40% à 56,40 euros.

LafargeHolcim a cédé 1,16% à 43,48 euros alors que Thomas Schmidheiny, l’un des principaux actionnaires du groupe, et Bertrand Collomb, l’ancien patron de Lafarge, ont décidé de quitter le conseil d’administration à l’issue de la prochaine assemblée générale.

Peugeot SA a gagné 0,44% à 19,52 euros. Le groupe a annoncé mercredi une augmentation de ses capacités de production de véhicules utilitaires sur son site britannique de Luton et l’abandon de la plateforme Renault (-1,74% à 94,74 euros) pour ses modèles Opel et Vauxhall Vivaro.

LDC a progressé de 4,65% à 135 euros. Le groupe français (allié avec le groupe saoudien Al-Munajem et la coopérative Terrena) est candidat à la reprise du volailler finistérien Doux, dont le tribunal de commerce de Rennes a ordonné mercredi la liquidation judiciaire, assortie d’une poursuite de son activité jusqu’au 31 mai 2018.

Argan a bénéficié (+0,81% à 39,70 euros) de l’annonce d’une hausse de 21% de ses revenus locatifs au premier trimestre et de la confirmation de son objectif de croissance pour l’année en cours.

Gensight Biologics a plongé de 47,71% à 2,97 euros après que le groupe a publié mardi des résultats surprenants d’un essai de phase III dans une maladie oculaire rare: sa thérapie génique a amélioré la vision des deux yeux des patients, alors qu’un seul oeil avait été traité.

Vente-unique.com, pour son premier jour de cotation à la Bourse de Paris, s’est replié de 2,99% à 10,38 euros.

Avec AFP

Actu et Conseils – Trading Sat

Partager cet article