Charlie Hebdo : quand Visa pour l’Image redoutait que nouveau modèle économique et concentration ne portent atteinte au pluralisme

Mots-clefs : , , , , , , , , , , ,

Un sujet  qui raisonne tout particulièrement à nos oreilles en cette période sombre que celui abordé lors des rencontres de la SAIF (Société des Auteurs des arts visuels et de l’Image Fixe) qui se sont tenues à Perpignan le 4 septembre dernier lors d’une conférence organisée dans le cadre du festival Visa pour l’Image.
« Confrontés à une dépossession de leurs images par les opérateurs de l’Internet, les photojournalistes peuvent-ils être encore garants du pluralisme ? »

Un thème aussi éthique que financier … qui démontre également l’enjeu que revêt pour la démocratie une presse diversifiée alors que lobbies et mega trusts sont tentées de faire leur loi, de dicter leurs messages, voire de nous manipuler via une forme de pensée unique. A moins que cela ne soit jamais fait.

Le risque ? Que ne se développe à terme une sorte de dictature de l’information, dont le but ultime serait de servir les intérêts des multi-nationales et des financiers qui en tirent les ficelles.

Un sujet, donc, loin d’être anodin, qui nous plonge dans les affres d’un monde évoqué par Jean-Christophe Rufin dans son livre Globalia,  que nous venons d’évoquer parallèlement, à la suite de l’attentat qui vient de frapper Charlie Hebdo, et bien au delà toute la France.

Constatant que paradoxalement, depuis plus de dix ans, la valeur de la photographie n’a cessé de décroître alors que le monde dans lequel nous vivons nous abreuve voire nous bombarde d’images, Olivier Brillanceau et Pierre Garçon, hauts responsables de la SAIF, s’étaient alors alarmés de la mise en place de cette « nouvelle économie » qui participe selon eux à « une banalisation de l’image et à une expropriation de son auteur », et finalement à un déni du travail des photojournalistes.

Pour tenter de comprendre quelles sont les causes à l’origine de ce phénomène, plusieurs pistes ont été invoquées : l’émergence d’Internet, la diffusion par des acteurs du marché de l’image de photographies à bas prix. La mise à disposition gratuite au public d’œuvres par des acteurs du Net.

Certains l’affirment haut et clair : la situation actuelle pourrait être en grande partie issue de la stratégie déployée par le géant Google. Les membres de la SAIF déplorent ainsi que Google Images soit « devenue la première banque mondiale d’images, sans autorisation et sans rémunération des auteurs, indexant toutes les images existantes sur le Net ».

Selon eux, cette « captation » de valeur par « des gens qui ne produisent pas » prive les créateurs de leur activité. Pire encore, à ce compte, les nombreux diplômes issus de brillantes écoles risquent de se retrouver sans avenir … et le secteur privé de l’esprit critique – voire moins docile – de la jeunesse.

L’absence de pluralisme liée à la concentration du pouvoir financier pourrait si nous n’y prenons garde nous conduire vers une « unicité et uniformisation de l’illustration et des témoignages », pour ne pas dire pensée unique … aux frontières de la dictature. Dictature financière, certes, mais dictature tout de même, faisant de nous des consommateurs, et électeurs manipulés par les medias de masse aux services des intérêts d’un petit nombre d’acteurs très puissants. L’oligarchie mise en avant  par Jean-Christophe Rufin dans son livre Globalia …. ?  Une théorie qu’on ne peut rejeter  par facilité ou par peur de la vérité, car émanant tout de même  de l’ancien Ambassadeur de France au Sénégal. Qui sait donc de quoi il parle ….

Le danger est d’ores et déjà à nos portes puisque la baisse des budgets publicitaires des entreprises a conduit à une diminution des commandes auprès des photo-journalistes, écrivais-je en septembre 2014. Désormais, notent les organisateurs de la conférence, « la plupart des grands conflits ne sont couverts uniquement que par quelques grandes agences ». Sans aucune garantie d’objectivité … et alors même que parmi l’une de ces sociétés figure Getty Images … détenu en grande partie par Carlyle, le sulfureux fonds de pension US.

Elisabeth Studerwww.leblogfinance.com  – 10 janvier 2015

Crédits Photos : Elisabeth STUDER

A lire également :

.  Visa pour l’Image / Grèce : jusqu’où nous mène la folie financière de Goldman Sachs

. Getty Images porte plainte contre Microsoft pour violation massive de copyright

. Visa pour l’Image : le monde de la finance pourrait sonner le glas du photo-journalisme


Le Blog Finance

Partager cet article