Chine : ouverture du marché d’importation à des concessionnaires non agréés

Mots-clefs : , , , , ,

Chine : ouverture du marché d’importation à des concessionnaires non agréés

Petite révolution en Chine : les importations parallèles de véhicules  automobiles y seront désormais autorisées. Des concessionnaires non agréés pourront ainsi vendre des modèles importés.

La mesure vise tout particulièrement les constructeurs automobiles de luxe comme Audi, BMW et Mercedes-Benz. Même si l’objectif est officiellement de favoriser la concurrence et donner aux consommateurs plus de choix, de sources proches de responsables politiques on indique que le but serait de voir les prix des voitures de haut de gamme légèrement fléchir dans l’Empire Milieu, alors qu’ils se situent dans une fourchette haute au niveau mondial.

De source proche du dossier, on indique que la légalisation des importations parallèles fait partie d’une vaste campagne anti-monopole mise en place par le gouvernement pour améliorer le marché et faire baisser les prix des voitures importées.

A titre d’exemple, précisons qu’une BMW 650i xDrive Convertible vendue à 97 900 dollars aux États-Unis, peut coûter près de 2 millions de yuans ($ 320 179) en Chine.

Vingt concessionnaires non franchisés se sont d’ores et déjà inscrits pour vendre des voitures importées, opération qui s’intègre dans le cadre du projet pilote de zone de libre-échange à Shanghai. Selon les premières analyses, ils devraient proposer des prix 10 à 20 % inférieurs à ceux des concessionnaires des marques allemandes.

Précisons que les ventes de voitures haut de gamme ont augmenté de plus de 20 % l’an dernier à environ 1,6 millions de véhicules, selon le consultant Automotive Foresight (Shanghai). Ensemble, Audi, BMW et Mercedes possèdent de l’ordre de 70 à 80 % des parts de marché dans le segment premium.

Selon les analystes, il demeure toutefois difficile d’évaluer l’impact probable des nouvelles mesures sur le prix des voitures étant donné le manque de clarté sur la façon dont les modèles seront livrés au titre du régime d’importation parallèle.

Dans un communiqué envoyé par mail, Audi a déclaré que son réseau de concessionnaires en Chine était «très bien préparé à la compétition », BMW indiquant de son côté qu’il ne prévoyait pas d’impact « substantiel » sur ses activités en Chine. Daimler, détenteur de la marque Mercedes-Benz, a déclaré qu’il était trop tôt pour se prononcer.

Cette mesure intervient alors que les experts prévoient qu’en 2015 la croissance des importations de voitures en Chine pourrait être la plus faible depuis plusieurs années. Elle pourrait même s’établir en dessous de la barre des 10 %, et ce, pour la première fois depuis 2011.
Précisons par ailleurs que le marché des voitures importées en Chine représente plus de 9 % des ventes totales de voitures neuves.

Selon les estimations de la CADA (association des distributeurs d’automobiles en Chine), le marché automobile chinois devrait quant à lui progresser de 7 % sur l’ensemble de 2015.

Sources : Automotive News China, Reuters

Elisabeth STUDER – 15 février 2015 – www.leblogfinance.com

A lire également :

Chine : les importations en chute libre en janvier, risque pour l’économie mondiale


Le Blog Finance

Partager cet article