Chine : un bébé vendu contre un iPhone, conséquence d’une politique de natalité  restrictive ?

Mots-clefs : , , , , , , ,

Signe des temps ? La presse officielle de l’Empire du Milieu nous apprend qu’un couple de chinois a récemment vendu sa fille … en vue d’acquérir un iPhone. Où quand la civilisation dite moderne prend le pas sur l’humanité.
Certes, la presse chinois s’empresse de rajouter que les parents pour le moins défaillants encourent des poursuites criminelles. Il n’en demeure pas moins que la vente d’enfants est loin d’être un phénomène anodin en Chine. Représentant même un véritable « secteur » commercial voire même une industrie selon certains.

Ou parents avec progéniture et parents sans enfant y trouvent chacun leur compte.

La cause ? La politique démographique du gouvernement chinois mais également la peur de ne pas avoir de descendance. Motivation tant affective que sociale, dans un pays ou le soutien financier des personnes âgées passe avant tout par les enfants, le système de retraites français étant loin d’avoir son équivalent dans l’Empire du milieu.

Selon le « Quotidien de la libération », le couple est suspecté d’avoir proposé à l’adoption leur fillette sur Internet et d’avoir conclu une transaction. Si l’annonce mentionnait le prix de 30’000 yuans (3600 euros), mais le montant de la négociation n’a pas été rendu public.
Arguments invoqués par les parents pour tenter de se justifier : ils auraient selon eux agi pour que leur fille bénéficie d’une vie meilleure et parce qu’ils avaient déjà un enfant.

Ce qui pourrait au départ être considéré comme un fait divers, est symbolique du grave problème démographique qui frappe actuellement la Chine, le nombre d’actifs tendant à diminuer, suite à la politique restrictive de l’enfant unique qui perdure actuellement.

Néanmoins, la donne pourrait bientôt changée … susceptible de provoquer un nouveau baby-boom et qui plus est un boum démographique planétaire.

En août dernier, l’agence de presse officielle chinoise Xinhua a indiqué que la commission nationale de la population et du planning familial étudiait actuellement la possibilité de lever l’interdiction d’avoir un second enfant, dans le cas où l’un des deux parents serait enfant unique. Confirmant ainsi les rumeurs qui courraient depuis des mois.

Avec une moyenne de 1,6 enfant par femme, la Chine n’est plus en mesure désormais de renouveler sa population, laquelle s’avère être vieillissante. Ce chiffre se situe en effet nettement en dessous du taux de 2,1 nécessaire pour simplement remplacer la population, si l’on en croit les chercheurs.

Pour tenter d’enrayer de moitié la baisse des gens en âge de travailler, il faudrait augmenter le taux de fertilité à 2,3 enfants par femme. Un véritable défi alors qu’à l’heure actuelle, le nombre de potentiels actifs est en chute de 8,8 % et qu’il pourrait diminuer de 17,3% d’ici 2050.
En 2010, la population en âge de travailler est ainsi passée de 74,5% de la population globale chinoise à 74,4% en 2011. Il s’agit du premier recul enregistré depuis 2002, selon le Bureau national des statistiques.

A la mi-2012, des chercheurs de l’Institut de recherche et de développement du Conseil d’État s’étaient d’ores et déjà alarmés dans un article publié par le China Economic Times, estimant alors que l’accroissement de la vulnérabilité de l’Empire du milieu était directement lié aux délais de réaction du gouvernement chinois pour modifier sa politique.

Sources : AFP, Xinhua, Quotidien de la libération, Aujourd’hui La Chine

Elisabeth Studer – 19 octobre 2013 – www.leblogfinance.com


Le Blog Finance

Partager cet article