Club Med: la Caisse des dépôts dément envisager une participation

Mots-clefs : , , , , ,

Selon le JDD, la CDC, qui est déjà actionnaire du groupe à hauteur de 8%, “réfléchirait à un montage pour en préserver l’ancrage tricolore”, une idée soutenue par le Quai d’Orsay et le PDG du Club Med, Henri Giscard d’Estaing.

Pour l’heure, le Club Med fait l’objet d’une contre-OPA de l’homme d’affaires italien Bonomi à un prix de 21 euros par action, plus généreuse que l’offre amicale de 17,50 euros faite en mai 2013 par le fonds d’investissement Ardian et le chinois Fosun, actionnaires du Club Med depuis des années, et soutenue par 400 cadres du groupe.

Une contre-offre avec la Caisse des Dépôts

Une source proche de la Caisse a indiqué au journal que “l’idée serait d’organiser une contre-offre avec la Caisse”, tout en ajoutant que ce projet est “délicat”.

“L’institution rechigne à prêter main-forte à un autre fonds d’investissement et aux 400 managers du Club qui ont beaucoup d’argent à gagner dans l’opération puisqu’ils deviendront actionnaires du nouvel ensemble si le duo Ardian-Fosun emporte la mise”, selon cette source.

La marge de manoeuvre est étroite pour la CDC qui serait obligée de “remettre au pot des dizaines de millions d’euros” pour permettre à la première offre de devenir plus avantageuse que celle de l’italien, alors même qu’Ardian ne souhaite pas s’engager plus avant financièrement, explique le JDD.

Une marge de manoeuvre étroite

En outre, la démarche de la CDC pourrait heurter les autres actionnaires minoritaires, selon le journal.

“Les actionnaires ont consenti de lourds sacrifices pour soutenir le redressement du Club et se sont sentis trahis par les dirigeants et les deux plus gros actionnaires quand ils leur ont demandé de vendre il y a un an, au moment où la stratégie commençait à porter ses fruits”, indique au JDD Colette Neuville, présidente de l’Adam (association de défense des actionnaires minoritaires).


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article