Fitch rétrograde la France à AA+

Mots-clefs : , ,

Un malheur n’arrive jamais seul pour la France …
alors que le pays est endeuillé par la catastrophe ferroviaire de Brétigny, accident secouant la population toute entière, l’agence de notation financière Fitch Ratings vient de rétrograder vendredi la France de AAA+ à AA+. Le tout assorti d’une perspective « stable », pendant « les deux années à venir ».
Arguments invoqués par Fitch pour justifier sa position : les incertitudes qui planent sur les perspectives de croissance de l’Hexagone, rendant les objectifs du gouvernement Ayrault de plus en plus difficilement atteignables.

L’agence de notation pointe également les interrogations persistantes à court et moyen termes sur l’évolution de la production, du chômage et du déficit de l’Etat. Tout en affichant ses divergences avec le gouvernement quant aux prévisions de croissance.

Si le gouvernement français s’attend à une croissance de 0,1 % en 2013, 1,2 % en 2014, et 2 % en 2015 et 2016, Fitch table pour sa part sur une contraction de l’économie française de 0,3 % en 2013, puis sur une croissance de 0,7 % en 2014 et de 1,2 % en 2015.
L’agence de notation est également en désaccord avec Paris sur les prévisions de déficit budgétaire. Fitch prévoit ainsi un déficit au-dessus de 3 % du PIB jusqu’en 2014, pour passer à 1 % du PIB en 2017. Le gouvernement tablant quant à lui sur un déficit de 2,9 % du PIB puis à 0,7 % pour ces mêmes périodes.
A l’annonce de la nouvelle, le ministre de l’économie Pierre Moscovici a pris acte de cette dégradation tout en réaffirmant « la détermination du gouvernement à poursuivre la réduction des déficits publics, le rétablissement de la compétitivité et le redressement de l’économie française pour soutenir la croissance et l’emploi ».
Pierre Moscovici estime par ailleurs que « la dette française est parmi les plus sûres et les plus liquides au sein de la zone euro, bénéficiant de taux historiquement bas, preuve de la confiance réaffirmée des investisseurs ». L’attitude de ces derniers renforçant « la conviction du gouvernement que sa stratégie est la bonne ».
Le ministère de l’économie tient par ailleurs à souligner que « la notation élevée et la perspective ‘stable’ » attribuées par Fitch, « témoignent des atouts bien connus de la France ».
Reste tout de même que l’Hexagone a d’ores et déjà perdu son triple A auprès des deux autres agences de notation. Moody’s lui a en effet octroyé la note Aa1 assortie d’une perspective négative, tandis que Standard and Poor’s lui a attribué un AA+, assorti également d’une perspective négative.

Sources : AFP, AWP

Elisabeth Studer – www.leblogfinance.com  – 13 juillet 2013


Le Blog Finance

Partager cet article