Harmonisation par le haut, rénovation énergétique : Brossat (PCF) déroule ses propositions européennes

Mots-clefs : , , , , , , ,

La tête de liste PCF pour les élections européennes Ian Brossat a déroulé mercredi à Rennes une partie du programme des communistes, d’une clause de « non-régression sociale » à la rénovation énergétique en passant par un Smic européen.

Critiquant la proposition de Smic européen de la tête de liste LREM Nathalie Loiseau, qui conduirait selon lui le Smic français à baisser à cause du mode de calcul choisi, Ian Brossat a expliqué préférer un Smic européen « à 60% du salaire moyen ».

Cela « représente pour la France 1.400 euros nets, soit une augmentation de 200 euros du SMIC », a-t-il dit devant quelque 800 personnes massées aux halles Martenot.

« Depuis des années, l’UE a servi de machine de guerre contre nos services publics, en imposant l’austérité, et en les livrant à la concurrence libre et non faussée », a dénoncé le candidat.

« Nous proposons une clause de non-régression sociale : un Etat pourrait avoir le droit de dire à l’UE +Nous ne voulons pas de vos directives de libéralisaiton, car elles nous feraient régresser+ », a-t-il ajouté.

Selon lui, « la première ambition de l’UE doit être l’harmonisation sociale par le haut, qu’il n’y ait plus un travailleur pauvre sur le continent ». « Si on a été capable d’aligner par le haut les salaires des députés européens, je ne vois pas pourquoi on ne le pourrait pas le faire pour l’ensemble des travailleurs » européens, a-t-il argué.

M. Brossat, également adjoint au Logement de la maire de Paris, a aussi proposé un « service public dédié à la rénovation énergétique de nos bâtiments », doté au niveau européen de « 1.000 milliards d’euros ».

En effet, a-t-il souligné, « 40% de nos dépenses énergétiques sont liées à une mauvaise isolation ». La rénovation énergétique est aussi un thème cher à la tête de liste EELV Yannick Jadot.

Ian Brossat a aussi promis que la lutte contre la fraude fiscale, évoquée par plusieurs concurrents à gauche, « sera le grand combat des parlementaires européens communistes ».

La liste PCF est créditée d’entre 2 et 3% d’intentions de vote dans des sondages récents, au sein d’une gauche divisée dans laquelle aucune liste ne dépasse pour l’heure les 10%.

Actualité économique sur cbanque.com

Partager cet article