HSBC, un scandale à l’accent français

Mots-clefs : , , ,

Avec plus de 9.000 noms de clients français dévoilés, se pose la question d'une participation de HSBC France aux activités de HSBC Private Banking, la filiale suisse. Mais le juge Guillaume Daïeff semble écarter cette hypothèse. G. Rolle/RéaAvec plus de 9.000 noms de clients français dévoilés, se pose la question d’une participation de HSBC France aux activités de HSBC Private Banking, la filiale suisse. Mais le juge Guillaume Daïeff semble écarter cette hypothèse. G. Rolle/Réa

Etrange atmosphère au 103, avenue des Champs Elysées, qui abritait au siècle précédent le prestigieux Elysée Palace hôtel et qu’occupe aujourd’hui HSBC. L’implantation française peut difficilement se tenir à l’écart des révélations que distille Le Monde et la presse internationale sur l’affaire « Swissleaks ». Selon l’International Consortium of Investigative Journalists (ICIJ), qui a coordonné l’enquête, quelque 9.187 clients français figurent dans les fichiers provenant de HSBC Private Bank en Suisse, pour la période 2006-2008. Des données qui recouvrent des particuliers mais aussi des entreprises et des intermédiaires.

Problème suisse

Les clients et leurs « valises » ont-ils transité à un moment ou à un autre par les luxueux bureaux des Champs Elysées? Les 24 chargés d’affaires de la banque suisse concentrés sur le marché hexagonal ont-ils un jour rencontré dans ces lieux l’un de leurs célèbres clients, de Jeanne Moreau à Gad Elmaleh? « Swissleaks est une affaire qui concerne l’entité de banque privée suisse, jure-t-on chez HSBC à Paris. Notre établissement n’est à aucun moment impliqué dans ce dossier. » Les juges Guillaume Daïeff et Charlotte Bilger ont effectivement mis en examen la filiale de banque privée d’HSBC à Genève, pas l’établissement français. Alors que dans une affaire similaire, celle d’UBS, le même Guillaume Daïeff n’a pas hésité à incriminer aussi la filiale française.

La com’ en action

HSBC France a toutefois jugé prudent de s’adjoindre depuis l’été dernier les services de l’agence de communication DGM, fondée par Michel Calzaroni. En outre, une lettre a été adressée aux collaborateurs de l’établissement ainsi qu’aux clients de la banque privée, pour détailler la situation. Il s’agit d’une…

Lire la suite dans ChallengeSoir

Challenges.fr vous a offert cet extrait d’un article à lire dans ChallengeSoir

ChallengeSoirPour accéder à sa version intégrale et aux autres articles de notre rendez-vous quotidien avec l’actualité économique, abonnez-vous : 19,99€ seulement pour 1 an d’abonnement !

ChallengeSoir est disponible du lundi au vendredi dès 18h.

Découvrir gratuitement ChallengeSoir Partager

À lire aussi


Challenges.fr – Toute l’actualité de l’économie en temps réel

Partager cet article